Preud’homme: "Quand on veut jouer au foot à l’Antwerp, on se fait descendre"

Michel Preud’homme n’apprécie pas la manière de jouer des Anversois. "Mais prendre des coups, c’est permis en Belgique…"

Interview > Maxime Jacques
Standard's head coach Michel Preud'homme reacts during a soccer match between Royal Antwerp FC and Standard de Liege, Friday 25 January 2019 in Antwerp, on the 23rd day of the 'Jupiler Pro League' Belgian soccer championship season 2018-2019. BELGA PHOTO JASPER JACOBS
Standard's head coach Michel Preud'homme reacts during a soccer match between Royal Antwerp FC and Standard de Liege, Friday 25 January 2019 in Antwerp, on the 23rd day of the 'Jupiler Pro League' Belgian soccer championship season 2018-2019. BELGA PHOTO JASPER JACOBS ©BELGA

Michel Preud’homme n’apprécie pas la manière de jouer des Anversois. "Mais prendre des coups, c’est permis en Belgique…"

En partageant l’enjeu sur la pelouse de l’Antwerp (1-1), vendredi soir, le Standard a confirmé sa bonne spirale actuelle (quatre victoires et un partage lors des cinq dernières rencontres). Mais quand on mène 0-1 au Bosuil en supériorité numérique et qu’on ne gagne pas la déception est évidemment présente, comme l’attestait Michel Preud’homme, le T1 liégeois, lors de l’interview d’après match.

Michel, est-ce un bon ou un mauvais point pour le Standard ?

"On s’en sort avec un point; dans l’absolu, à l’Antwerp, ce n’est pas trop mal. Mais lorsqu’on mène 1-0, que nous sommes en supériorité numérique et que l’on amorce une contre-attaque puis que nous encaissons en retour, nous pouvons avoir des regrets. Dans ces circonstances, quand on a fait le plus dur, on doit ramener la victoire."

C’était une rencontre très physique.

"Oui, c’est toujours compliqué de venir jouer à l’Antwerp, on le savait. Car quand on veut jouer, on se fait descendre. On a construit une équipe pour jouer au football. Et on essaye de le faire quand c’est possible."

Ce vendredi, c’était compliqué ?

"On savait qu’on allait prendre des coups. En Belgique, c’est apparemment permis donc il fallait faire avec ça. L’Antwerp nous a attendus et nous n’avons pas été en en mesure de produire notre meilleur football. La deuxième période était par contre meilleure sur le plan du jeu."

On vous sent amer par rapport à la manière de jouer des Anversois. Qui réclamaient un penalty pour une faute de Laifis sur Bolingi.

"Je ne vois pas pourquoi l’Antwerp pourrait se plaindre, ce n’est pas mon cas. C’est un match difficile pour l’arbitre aussi vu la manière dont on a joué au football ce soir. Avec nos moyens, on essaie de jouer au foot. On a peut-être manqué de discernement et de qualités offensives ce vendredi pour faire mieux."

Il y a quand même du positif à retirer ?

"Oui, nous étions concentrés, l’organisation était bonne. On a également su rester calme. J’avais demandé à mes joueurs de ne pas perdre les pédales sinon on allait se mettre en difficulté. Ils l’ont bien fait. Cela va nous servir pour la suite."


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be