Mbaye Leye justifie la sélection de Tapsoba: "J’ai apprécié sa mentalité avec les Espoirs"

Mbaye Leye a expliqué les raisons de la sélection de Tapsoba. Le mérite y est pour beaucoup.

Bleus Frédéric
Mbaye Leye justifie la sélection de Tapsoba: "J’ai apprécié sa mentalité avec les Espoirs"
©BELGA

Mbaye Leye a laissé une bonne impression quand il a été joueur à Zulte Waregem. Alors qu’il se dirigeait vers la salle de presse, pour débriefer la victoire du Standard, quelques supporters du Essevee scandaient son nom.

Une fois installé, l'entraîneur liégeois a reçu les félicitations de Francky Dury."J'aime quand mes anciens élèves gagnent, mais pas contre moi", lui a glissé son ancien entraîneur.

Leye, lui, a renvoyé l’image d’un technicien serein, sans plus. Avec quatre points sur six, c’est un bon début de saison, lui a fait remarquer l’animateur de la conférence de presse.

"Mais je connais assez ce championnat pour savoir que cela ne veut rien dire", a-t-il complété. Il a surtout mis l'accent sur la mentalité de son groupe, "que j'ai adorée", et il n'a pas douté à 1-1, après avoir mené, alors que l'égalisation aurait pu rappeler les démons du passé. "On a su rester concentré, pour faire la différence ensuite."

Souvent, cette notion de mentalité est revenue dans le discours, et elle reviendra encore, "car c'est ce qu'on veut installer. Selon moi, le mérite compte beaucoup. Si tu as du talent, mais que tu ne bosses pas, c'est compliqué. Si tu montres ta volonté, même avec moins de talent, tu auras ta chance".

Abdoul Tapsoba a été l'exemple du jour, ce dimanche. Cet été, le Standard a failli l'envoyer à Ostende, mais il est resté au club, et il se dirigeait vers un tournoi en Bretagne, avec les moins de 21 ans. "Puis j'ai vu son match, en semaine, contre La Louvière. Après la première mi-temps, j'ai dit à Regi (Goreux, le responsable du pôle jeunes) que je prenais Tapso avec nous. J'ai trouvé qu'il était concentré, et appliqué, alors qu'il aurait pu lâcher. Il méritait d'avoir une chance. J'avais aussi constaté contre Genk qu'il nous avait manqué quelque chose pour faire la différence, un manque de fraîcheur."

L'autre élément qui a fait la différence a été Aron Dönnum, forcément. Le médian norvégien "amène d'autres qualités que celles de Klauss, Jackson (Muleka) ou même Sam (Bastien)", a commenté Leye. "On avait besoin de fraîcheur, et il peut offrir de la percussion avec sa volonté de provoquer des un contre un."

Cela a bien fonctionné, et le Standard pourra s'appuyer sur ces nouvelles solutions, et cette mentalité donc, pour la réception de l'Antwerp, dimanche. "On va rester calme", a encore précisé Leye, qui n'a pas manqué de rappeler "qu' on reconstruit. On connaît nos limites financières et nos difficultés."

Il faut parfois aller chercher la solution ailleurs, alors.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be