La métamorphose du Standard Fémina

Les Rouches auront probablement besoin d’un peu de temps pour prendre leurs marques mais comptent faire bonne figure.

Matthias Sintzen
La métamorphose du Standard Fémina

S’il y a bien une équipe de Super League qui s’est métamorphosée, c’est le Standard Fémina. Dans le staff comme au niveau de l’effectif, les changements ont été très nombreux : Hamide Lamara a été remplacé par Stéphane Guidi et des cadres sont partis.

La question que beaucoup se posent est de savoir si les Rouches sont encore capables de rivaliser avec les Mauves ou si elles devront passer par l'une ou l'autre saison de transition… "Beaucoup parlent de saison de transition mais ils ne sont pas là pour savoir ce que nous faisons au quotidien. Nous avons un staff plus que complet, avec deux préparateurs physiques qui viennent des U21, un coach mental, etc. Il y a une superbe ambiance mais il va falloir digérer la charge de travail (beaucoup plus physique) et voir comment on va découvrir le championnat", souligne Fery Ferraguzzi, la directrice sportive.

"La préparation s’est déroulée comme prévu. Nous avons su rivaliser avec des équipes allemandes et, avec mon expérience, je peux dire que j’ai été agréablement surprise du niveau affiché à Feyenoord, notamment. Il faudra voir comment l’équipe réagit à Bruges, par exemple, sur un grand terrain."

À l'entre-saison, les premiers départs inquiétaient mais quelques joueuses expérimentées sont ensuite arrivées. Et, sur papier, on a cette impression que le Standard a trouvé un bon équilibre entre la jeunesse, sur laquelle il mise beaucoup, et l'expérience. "Le but est de faire grandir les jeunes et les installer en équipe première. L'encadrement est maintenant plus professionnel et nous bossons avec la technologie. Mais la vérité, elle sera sur le terrain."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be