Bokadi: "On doit sauver… le Standard !"

Bope Bokadi assure que le vestiaire est toujours derrière Luka Elsner et soutient Arnaud Bodart.

Kevin Sauvage et Maxime Jacques
Bokadi: "On doit sauver… le Standard !"
©BELGA

Malgré une bonne prestation défensive dans l'ensemble, le Standard a de nouveau encaissé et concédé une 13e défaite cette saison. "On voulait vraiment faire quelque chose et on a tout donné", lançait Bope Bokadi qui revenait également sur l'erreur d'Arnaud Bodart.

"C’est triste mais il nous a tellement sauvés par le passé. Cela peut arriver mais on reste tous ensemble. On a un match très important mercredi. On ne va pas baisser la tête, on ne peut pas le faire."

Mercredi, face au Beerschot, le Standard ne jouera ni plus ni moins que sa survie en D1A. "C'est un match capital. On joue le maintien", assurait le défenseur central. "C'est peut-être difficile à entendre pour certains mais ce n'est pas le moment de lâcher. Il faut sauver cette équipe, sauver le Standard."

Il n'y a pas si longtemps encore, Bokadi évoluait dans une équipe rouche qui luttait… pour le titre. "Je n'ai jamais joué pour le maintien dans ma carrière. C'est une nouvelle expérience qui doit nous donner cette volonté de serrer les dents et le mental pour nous en sortir."

Mais ce mental et cette volonté sont-ils présents dans l'esprit de tous les joueurs ? "Oui mais c'est sur le terrain qu'il faut le montrer", ajoutait Bokadi. Plus que jamais, la question de l'avenir de Luka Elsner à la tête du Standard se pose. "Ce n'est pas à moi de répondre à cette question mais bien à la direction", rétorquait le Congolais avant d'assurer que le T1 bénéficiait toujours du soutien du groupe.

"Les joueurs, on est tous ensemble et on ne va pas le laisser comme ça. À l’entraînement, lui et son staff font tout pour nous. Ils se donnent pour nous mettre dans de bonnes conditions et sur le terrain, ça ne se passe pas comme on le veut."

Bope Bokadi est également revenu sur les mesures prises par Bruno Venanzi en début de semaine.

"C’était très compliqué mais on n’avait pas le choix. Je trouve que c’était bien pour nous réveiller. Malgré le résultat, on a tout de même vu une différence par rapport au dernier match."

"Des choses plus graves que le vestiaire des jeunes"

Entré en deuxième mi-temps, Joachim Van Damme n'a pas laissé une grande impression, une nouvelle fois. "C'est frustrant de perdre comme ça", expliquait le médian. "Nous n'avons pas assez créé, surtout à onze contre dix. Mais on ne veut pointer personne du doigt. Ni le coach, car le match aurait dû se terminer différemment. Ni Arnaud Bodart, qui est un grand professionnel. C'est dommage que cela lui soit arrivé, mais on doit parvenir à passer outre pour mettre fin à cette spirale négative. La rencontre face au Beerschot sera importante et on en a conscience." L'ancien de Malines est également revenu sur les mesures prises en début de semaine. "Il y a des choses plus graves que s'entraîner dans le vestiaire des jeunes. On reçoit toujours des pâtes à la bolognaise, hein. Ce n'est pas un camp de prisonniers. Cela doit nous faire réfléchir."

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be