La victoire au Lierse a rassuré le groupe après le semi-échec initial

Revivez Lierse-Standard: 1-4

Tous les résultats

Les photos de la 2e journée

LIER Ceux qui pensaient que le Lierse représenterait un adversaire au moins aussi coriace que Zulte Waregem en furent pour leur frais. Trop mous et, surtout, proposant un jeu qui manquait cruellement de profondeur en l’absence de Radzinski, les Lierrois n’ont à aucun moment pesé dans la balance face à un Standard sérieux et appliqué. “4/6, c’est un bon bilan. Maintenant, on espère enchaîner avec un succès à domicile face à Lokeren”, murmurait Mehdi Carcela quelques instants après avoir quitté une pelouse qu’il avait éclaboussée de sa classe.

Le Belgo-Marocain est indispensable aux Rouches. Surtout lorsque le collectif n’est pas encore parfaitement huilé. Certains continuent à penser qu’il en fait parfois trop mais peut-on lui reprocher ses nombreuses prises d’initiative, qui ne sont forcément pas toutes couronnées de succès ?

Vendredi soir, il a une nouvelle fois fait preuve d’un culot hors norme. D’abord en frappant un coup-franc à raz-de-sol comme peu osent le faire, puis en armant une frappe magique de l’extérieur du pied, qui inspira Pocognoli. Avec deux buts au compteur, il est désormais le meilleur buteur de son équipe.

“Le coup-franc était trop proche du but pour faire passer le cuir au-dessus du mur. J’ai eu de la chance qu’il ne soit dévié par personne. La deuxième frappe, elle, était totalement spontanée. J’étais à l’arrêt et le gardien ne pensait probablement pas que j’allais tirer. Ce but me fait clairement plus plaisir que le coup-franc, car on ne marque pas tous les jours un but de l’extérieur du pied.”

Samedi, face à Lokeren, le Standard pourra aligner De Mul et Pieroni. Deux rotations supplémentaires qui ne feront pas office de luxe. Et qui repousseront probablement Carcela sur la gauche.

“Le coach avait opté pour Koen à gauche et moi de l’autre côté. Je suis gaucher mais à choisir, je préfère évoluer sur mon mauvais pied.”

Qu’importe, finalement, pourvu que le Standard poursuive sur sa lancée. “Aujourd’hui (NdlR : lisez vendredi), on a joué notre jeu. Pourtant, on avait beaucoup de pression sur les épaules.”



© La Dernière Heure 2010