Après avoir pris deux points lors des quatre premières journées de compétition, les Liégeois ne devaient pas s’attendre à un accueil particulièrement chaleureux, ce mardi soir. Finalement, ils n’ont pas spécialement été secoués, vu que les tribunes étaient… vides. 

Selon les chiffres fournis par le club, il n’y avait que 5.490 fans dans les travées de Sclessin pour la venue de Waasland-Beveren. Il y avait même plus de monde (6.138) lors de la venue du Chievo Vérone, durant la préparation estivale. Une assistance particulièrement faible, d’autant plus que ce chiffre n’avait jamais été aussi bas depuis la saison 1993-1994 (nos statistiques sur les assistances s’arrêtent à cette campagne). Le Standard vient donc de battre un nouveau record négatif, un de plus !

Les supporters ont tout de même tenté de faire passer quelques messages à leurs joueurs. Après nonante secondes de jeu seulement, ils lançaient déjà un traditionnel "bougez vos c…", suivi, une dizaine de minutes plus tard, par : "le Standard, c’est nous". L’avantage lorsqu’il y a si peu de monde, c’est que les protestations sont moins vives. Le concert de sifflets qui a accompagné le retour des joueurs au vestiaire lors de la mi-temps était donc assez léger. Tout au long de la soirée, l’ambiance a été assez neutre, sans grande démonstration de joie ou d’énervement. Même le but d’ouverture waeslandien n’a pas soulevé une incroyable colère. On a juste entendu le seul chant : "Même si vous ne le méritez pas, nous, on est là."

C’est vrai. Mais de moins en moins…