"Je le considère désormais comme un titulaire indiscutable."

Les mots sont signés Mbaye Leye et arrachent un sourire gêné à Ameen Al-Dakhil, assis à côté de son coach, dans la salle de conférence de presse du SL16, dont il est devenu un exemple. Un lieu que le jeune défenseur connait bien. Il y a quelques semaines, il faisait encore partie du noyau U21 et peu de gens s’attendaient à le voir percer si rapidement en équipe A. Mais le premier surpris, c’est le Rouche de 19 ans lui-même.

"Je ne m’attendais pas à commencer la saison dans le onze contre Genk et Onuachu, même si j’avais pas mal joué en préparation. Mais malgré le stress, cela s’est très bien passé."

Et les performances qui ont suivi ont confirmé le potentiel du natif de Bagdad. Même si cette exclusion précoce face à Anderlecht est venue rappeler à tous qu’il était normal qu’un jeune joueur commette des erreurs. "J’ai reçu beaucoup de soutien après cette faute, de la part du staff, de mes équipiers, de ma famille et des supporters. Je ne pensais pas que cela se passerait comme ça. Mais je ne veux pas refaire cette erreur une deuxième fois. Car cela ne fait pas partie de ma personnalité."

Une personnalité discrète, terre à terre et attachante. "Ma famille m’a appris à ne pas faire la star. Je reste les pieds sur terre, j’avance, je travaille."

À l’image d’un de ses exemples, un certain Zinho Vanheusden dont il a récupéré le numéro 3. "Je regardais souvent ses matchs à la télévision pour m’en inspirer. Et lors des quelques entraînements que nous avons partagés, il m’a donné des conseils."

Pour devenir… et rester un titulaire indiscutable. "Cela fait plaisir d’entendre que le coach me considère en tant que tel. Il a confiance en moi et je le ressens."

Même au beau milieu de la nuit, lorsque Leye l’a appelé quelques heures après le Clasico pour lui faire part de son estime.