Alexandre De Bruyn n’éprouve aucune rancoeur envers le défenseur exclu à la 39e.

C’est l’image forte de cette rencontre sans relief. Le contact violent entre la semelle de Zinho Vanheusden et la cuisse droite du pauvre Alexandre De Bruyn. Qui a valu une carte rouge au défenseur liégeois, après intervention judicieuse du VAR.

"J’ai eu peur mais j’ai senti que c’était à un endroit où ce n’était pas vraiment dangereux. Je préfère cette zone que le genou parce que là cela aurait pu être cassé. Plus de peur que de mal", soufflait le Trudonnaire en nous montrant sa cuisse criblée de marques de cales en zone mixte.

"Je ne savais pas si j’allais pouvoir continuer mais vu que le docteur m’a dit que ce n’était pas grave, j’ai repris la rencontre. Sauf que la douleur a grandi en deuxième mi-temps et c’était un soulagement de sortir, même si je n’aurais jamais demandé mon changement."

Passé le soulagement, le milieu de terrain a tout de même eu droit aux excuses de Vanheusden.

"Ce sont des choses qui arrivent. Je n’ai pas de rancœur parce que ça aurait pu être moi aussi", relativise De Bruyn. "J’étais quand même énervé mais Zinho est venu s’excuser après le match dans le vestiaire. Il m’a dit que ce n’était pas fait exprès et on voyait qu’il n’était pas bien."

Même s’il attend à plusieurs jours douloureux, le Canari ne voudra pour rien au monde manquer la réception d’Anderlecht, dimanche prochain, une rencontre décisive pour les Bruxellois. "Surtout pas. Ils devront se battre pour arracher leur qualification en PO1."

Vanheusden risque gros

Exclu à la 39e minute après intervention du VAR pour une grossière semelle sur De Bruyn, Vanheusden a écopé de la première carte rouge directe de sa carrière. Ce lundi, le Parquet fédéral proposera, sur base du tableau indicatif, une sanction qui risque d’être lourde vu la violence du contact et les stigmates sur le haut de la cuisse du Trudonnaire. Si Vanheusden et le Standard la refusent, il y aura un passage devant la Commission des Litiges mardi.