Le joueur ne s'est pas présenté à l'académie ce mercredi, préférant envoyer un huissier au club pour stipuler qu'il activait la loi 78. "Cette rupture unilatérale du contrat qui lie le joueur avec le club ne fait référence à aucun motif, et est adressé sans annonce préalable", commente le club liégeois via son site internet.

"Depuis plusieurs années, le Standard de Liège investit énormément d’énergie dans la formation de ses jeunes joueurs. Le club est triste de constater que Michel-Ange, fruit de l’Académie, a décidé d’appliquer un acte fort préjudiciable aux intérêts du Standard de Liège. Cette constatation est d’autant plus regrettable au regard de la confiance que le club lui a témoigné cette saison écoulée qui a vu Michel-Ange performer. De plus, comme par ailleurs relayé les derniers jours par la presse, le Standard de Liège était en négociation avancée avec des clubs importants en vue du transfert de Michel-Ange.", regrettent les Rouches.

"Malgré cela, le Standard de Liège avait eu vent que Michel-Ange et son "agent" – Monsieur Didier FRENAY - étaient en discussion avec l’un ou l’autre club de Jupiler Pro League, sans que nous n’en soyons formellement avertis. Notre club ne peut en aucun cas imaginer que l’un de ces clubs puisse être impliqué d’une quelconque manière dans cette rupture unilatérale", concluent-ils.

Bruges avait déjà proposé 7 millions d'euros aux Liégeois et l'Antwerp allait rentrer en négociations avec le Standard pour s'attacher les services du joueur.