La titularisation de Raskin était le résultat logique de son travail.

"Depuis le stage d’hiver, Nicolas a acquis les principes que nous voulions. N’oublions pas qu’il a 18 ans", rappelait Michel Preud’homme. "On a travaillé avec lui pour qu’il soit prêt pour ce genre de matchs où il faut du jus. C’est pour cette raison que je l’ai préféré à Shamir." Les équipiers du jeune médian étaient également ravis pour lui. Selim Amallah en tête.

"Cela fait un moment qu’il s’entraîne très bien. Il a reçu sa chance contre Bruges, ce n’est pas facile mais il a répondu présent", saluait l’international marocain. "On savait qu’il pouvait être présent dans l’impact physique. Il s’est montré et a pu s’affirmer dans un match compliqué. On est content de pouvoir compter sur un jeune du cru. C’est la preuve qu’on a un bon noyau." Une première satisfaisante donc pour le jeune liégeois. "On lui a juste donné quelques conseils. Pour son très jeune âge, c’est un bon joueur avec une bonne qualité de football. Il savait ce qu’il avait à faire et on ne lui a pas trop mis la pression."

"Ne pas discuter les décisions arbitrales"

Amallah Deux phases ont frustré les Liégeois, mais Selim Amallah ne voulait pas polémiquer. "Concernant la phase avec Oulare, franchement je n’ai rien vu… Si l’arbitre a estimé qu’il n’y avait rien, c’est que le VAR lui a confirmé. On ne va pas discuter cette phase."Comme la faute de Deli sur Carcela qui aurait pu le renvoyer au vestiaire, selon l’international marocain. "Une rouge aurait pu sortir parce que leur défenseur fauche Mehdi. L’arbitre a pris sa décision et on ne pas revenir là-dessus", ponctuait le médian qui préférait retenir la mentalité de ses partenaires. L.-P. E.