On aurait tort d'imaginer qu'une équipe qui a fait douter Liverpool jusqu'à la dernière seconde, puis qui a éjecté Everton de la scène européenne, n'aura ensuite qu'à paraître pour accumuler les succès en Coupe Uefa. Paradoxalement, en effet, le match qui attend ce soir le Standard dans son stade fétiche, présente bien plus de dangers que la quadruple confrontation avec les deux formations anglaises. Déjà parce que le style de jeu attribué à Séville convient sans doute moins bien aux Liégeois que le football, plus frustre mais plus ouvert, pratiqué par Liverpool et Everton. Ensuite parce qu'à la différence du choc face aux deux précités, cette fois le Standard n'a pas tout à gagner, une défaite à domicile, pour son entrée dans la poule étant, déjà, synonyme d'une petite catastrophe. Et, enfin, parce que si le nom de Séville ne fait pas autant rêver que ceux de Liverpool et d'Everton, ce club espagnol possède néanmoins de très belles lettres de noblesse, et pas seulement sur le plan national. À ces trois différences fondamentales, on pourrait ajouter que le Standard, aujourd'hui, est un peu en perte de confiance et sans doute moins fringant sur le plan physique. Tout cela est vrai. Mais qu'y a-t-il de plus fort, pour réveiller les sens, que le doux parfum de l'exploit, celui que le public de Sclessin a appris à apprécier ? S'il est au rendez-vous et que Jovanovic et ses équipiers s'appuient dessus pour renouer avec le réalisme offensif, ce Standard-là est à même de prouver une nouvelle fois à l'Europe entière que son potentiel est réel. Sans compter qu'en cas de victoire face à Séville, un premier pas important sera fait pour que la Coupe Uefa devienne bientôt une poule aux œufs d'or !



© La Dernière Heure 2008