C’est une réflexion qui a été faite par un Trudonnaire, après la rencontre : "On a senti de la fébrilité au Standard, après l’égalisation."

Interrogé sur cette impression, Arnaud Bodart n’a pu reconnaître que l’évidence : "On sent qu’on n’est pas bien pour le moment, mais c’est encore rien connaissant le club ; ça va être pire maintenant."

Le gardien a ajouté : "Si on est fébrile à l’heure actuelle, qu’est-ce que cela va être après ?"

Le Standard a ouvert la marque, samedi soir, et pour la première fois de la saison, il a perdu après avoir mené. Il avait été rattrapé contre Genk (1-1) et avait eu un sursaut à Zulte Waregem (1-2). Mais samedi soir, les changements de Bernd Hollerbach (montées de Hara et Balongo à la mi-temps, puis Brüls et Reitz à la 56e), des absences coupables, et la fébrilité, donc, ont plongé les Rouches dans un sacré pétrin.

On n’ira pas jusqu’à dire, comme Nkounkou, qu’ils avaient fait une grosse première mi-temps, puisqu’elle avait été trop neutre, malgré une nette possession (60 %). Mais elle n’a rien apporté, aucune frappe en dehors du but de Gavory et peu de danger devant Schmidt. La deuxième avait été une succession de mauvais choix, et un recul, net, alors que, selon Bodart, "on s’est dit à la mi-temps qu’il fallait y aller pour mettre le deuxième (but)".

Il n’est jamais venu ; c’est même le gardien qui en a pris deux. Illustrant le doute qui s’est installé dans le groupe après l’égalisation, Nkounkou glissait : "Ce but a fait mal et on n’a plus poussé comme en première période."

Hamza Rafia, lui, parlait d’un coup du sort : "Cela a joué un peu pour la suite du match."

L’impression trudonnaire était donc la bonne. Le Standard était fébrile et il n’a pas su inverser la tendance, au point de craquer à la fin, quand Brüls a profité des espaces laissés dans le dos de Pavlovic, pour adresser un bon centre à Reitz.

Le Standard a fini un 6e match de suite sans gagner contre St-Trond. Il traîne un triste 4 sur 15 à Sclessin. La réception de Louvain, après la trêve internationale, pourrait être bouillante si les Liégeois ne gagnent pas à Malines vendredi.