Le titre de 2007 n'est plus qu'un lointain souvenir...

STUTTGART Étonnant champion en 2007, le VfB Stuttgart n'a pas fait fructifier sa surprenante mais méritoire consécration.

S'il a encore fait illusion la saison dernière, il a livré un premier tour 2008-2009 décevant : il se traîne à la dixième place du classement, à dix unités du phénomène Hoffenheim.

Le 23 novembre dernier , après un échec cinglant contre Wolfsburg (1-4), son entraîneur Armin Veh baissa les bras : "Je ne sais plus à quel saint me vouer" , avoua-t-il pour exprimer son désarroi. Il avait, effectivement, perdu toute emprise sur son groupe. Hilbert et l'international Hitzlsperger, deux valeurs sûres, paraissaient perdus dans l'entrejeu. Or Armin Veh avait articulé l'équipe autour d'eux.

L'équipe souabe n'impressionnait plus personne. Depuis l'été 2007, elle avait pourtant acquis Bastürk et Marica - acheté pour la somme record de 8 millions d'€. À l'aube de cette saison, Lehmann, Boulharouz, Lanig et Simak sont venus étoffer un cadre qui avait conservé les buteurs Gomez et Cacau.

Mais l'équipe, souvent remaniée, évoluait sans âme et sans méthode. Même si Lehmann justifiait sa réputation, elle encaissait trop de buts et gaspillait une foule d'occasions.

Ancien champion du cru, Markus Babbel remplaça Armin Veh. International à 51 reprises, cet arrière central, qui a joué au Bayern et à Liverpool, a vaincu une mononucléose mais surtout une maladie nerveuse qui l'avait laissé paralysé.

Sous son action, Stuttgart a retrouvé la joie de jouer. "Il a ranimé la confiance et il lance des jeunes", se réjouit Hitzlsperger. "Comme il fut notre équipier, il a gardé un formidable contact avec les joueurs tout en ayant l'autorité requise."



© La Dernière Heure 2008