Sur les tablettes de Bruges et de l'Antwerp, Michel-Ange Balikwisha aurait pu rapporter quelques millions d'euros aux Rouches. Et il faut dire que cela aurait fait du bien aux caisses liégeoises.

Finalement, il n'en sera rien car l'ailier formé à l'académie du Standard a eu recours à la loi de 78 afin de mettre fin unilatéralement à son contrat, moyennant le paiement d'une indemnité. 

Pour les supporters liégeois, c'est un coup de poignard dans le dos. Ces derniers ont été les auteurs de pas mal de critiques envers joueur de 20 ans. 

Ce dernier s'est confié à nos confrères de Sudpresse pour expliquer comment il se sentait suite à cette petite saga. "Pas trop bien, à vrai dire. J’ai été blessé par tous les commentaires que les supporters du Standard ont postés sur les réseaux sociaux, en ne se basant que sur le communiqué du Standard. C’est un peu comme si on mettait tout sur mon dos, comme si j’étais le coupable tout désigné. Mais ce sont surtout les insultes dirigées contre mes parents, qui m’ont toujours soutenu et ont consenti de nombreux sacrifices pour que je puisse devenir joueur professionnel, et contre mon frère William, qui fait tout pour recevoir sa chance en équipe première, qui m’ont fait le plus mal", a-t-il commenté.