L'entraîneur rouche s'est servi de la défaite contre Charleroi pour motiver ses troupes

De la faillite au top espagnol

Nicaise: "Fellaini manque ? Une excuse facile"


SCLESSIN "Ce sera de nouveau l'enfer."

Laszlo Bölöni n'y va pas par quatre chemins. Le Standard entame la phase des groupes de la Coupe Uefa contre un très gros morceau !

"Le FC Séville est l'un des favoris du groupe avec la Sampdoria. Mais vu l'expérience des Espagnols en Coupe Uefa, vu leur effectif - malgré les blessés -, c'est aussi l'un des favoris de la compétition" , estime l'entraîneur, faisant référence, sans doute, aux deux Coupes Uefa remportées par Séville en 2006 et 2007. "Nous voilà de nouveau amenés à affronter une des meilleures équipes d'Europe."

Jusqu'ici, les champions de Belgique ont brillé sur la scène européenne, tant contre Liverpool que contre Everton : "Le style espagnol est totalement différent. Je pense que le foot espagnol peut nous poser plus de problèmes que le foot anglais. De là à dire que le Standard aura la tâche plus difficile que contre Liverpool, il y a un pas que je ne franchis pas : je ne suis pas voyant. À nous de nous adapter à ce style et de gérer les problèmes qu'il pourra nous poser."

A savoir ? "Séville atteint un niveau technique très élevé et sa circulation de balle est très dérangeante. Leur possession de balle est l'une des meilleures en Espagne. Les Andalous sont capables d'accélérer subitement pour surprendre leurs adversaires. Ils manient très bien le contre. Mais on a répondu présent lors de nos précédents rendez-vous européens et on sera encore prêt ce jeudi soir !"

Pour aborder ce choc , Laszlo Bölöni s'est servi de la défaite contre Charleroi, vendredi à Sclessin.

"Pour préparer mes joueurs mentalement, pour qu'ils soient bien remontés. Vu la situation de notre poule, avec la victoire de Séville contre Stuttgart et de la Sampdoria au Partizan, il faut saisir chaque occasion pour prendre des points. Surtout à domicile. On vise la victoire mais on verra si c'est faisable."

Le Roumain aurait préféré affronter Séville en Espagne : "À choisir, j'aurais préféré accueillir les petits. Ce n'est pas un avantage de recevoir les favoris. Mais on va toute faire pour réaliser une performance !"



© La Dernière Heure 2008