Le président du Standard se verrait bien accueillir plus de matches de l’équipe nationale belge dans un stade de Sclessin modernisé, dont la capacité sera de 32 000 places.

Fin 2020. C’est la date à laquelle les travaux de rénovation du stade de Sclessin devrait débuter. Le permis vient d’être déposé par le club liégeois. "On espère avoir une réponse positive dans le courant du premier trimestre 2020. On est en cours de sélection de la société qui va réaliser les travaux", explique Bruno Venanzi.

"Trois sociétés sont en lice. Parallèlement, j’ai une immobilière avec d’autres actionnaires qui va investir dans ce projet dont je serai partie prenante. Ces actionnaires seront des acteurs liégeois que je connais bien. Cette immobilière proposera un bail emphytéotique au Standard, de 35 ans a priori, ce qui signifie qu’après 35 ans le Standard de Liège récupérera l’entièreté du stade. L’enveloppe est de 80 millions d’euros, dont 15 ou 20 millions en fonds propre et sans aucun subside, je tiens à le préciser. À côté du projet de modernisation du stade, Il y a aussi le projet du business center qui a une rentabilité plus importante qu’un stade, avec notamment, un supermarché et l’amélioration des espaces restauration."

Parallèlement, le président des Rouches n’a pas caché son envie d’accueillir les Diables Rouges plus souvent au Standard. « La dernière fois, c’était face à Gibraltar en 2017 et Eden Hazard s’était réjoui de l’ambiance, en précisant qu’il serait bien de venir jouer plus souvent à Liège. Je partage son avis. Une fois que Sclessin sera modernisé, le stade sera prêt à accueillir les Diables Rouges. Je préfère d’ailleurs cette idée à celle d’un stade national..."