Henkinet : "On est déçu parce qu'on voulait bien finir pour ce dernier match à domicile, puis pour Mehdi Carcela aussi, pour son dernier match à Sclessin. On était bien en place en première mi-temps puis on a laissé l'initiative à l'Union. Ils ont alors pris confiance et les phases arrêtées ont fait la différence. On n'a pas réussi à tenir l'intensité pendant 90 minutes. Ils étaient en confiance avec un jeu rodé. On est déçu, je ne sais pas trop quoi vous dire. C'est un bilan compliqué, on ne va pas se mentir. Et c'est une saison à oublier. A présent, il faut construire là-dessus pour l'année prochaine."

Marcq : "Une victoire de la mentalité. On a fait un match correct en première mi-temps mais en deuxième, on est parvenu à hausser notre niveau de jeu. C'est une différence qui montre qu'on est une belle équipe, qu'on sait faire de belles choses et on l'a encore prouvé après la dernière contre-performance à domicile. On a gagné cette compétition régulière et on en profite. Le prochain objectif ? Il reste encore un match pour essayer de grappiller quelques points mais en tout cas on va se préparer très sérieusement, on va aborder très sérieusement le prochain match, c'est peut-être lui qui fera la différence mais l'équipe est incroyable, on est prêt à en découdre pour les play-offs."

Moris : "Pour venir au Standard, il faut avoir à la fois de la maturité et de la mentalité. Ils sont dans une situation compliquée cette saison mais c'est toujours difficile de se déplacer ici devant leur public car les joueurs rouches ont toujours à cœur de briller devant leurs supporters. En première mi-temps, on était en difficulté tactiquement, ils arrivaient à trouver l'espace devant nos défenseurs centraux. On a bien parlé à la mi-temps, on a resserré les lignes, on a joué avec plus d'intensité parce que c'était trop mou et il y avait beaucoup trop de déchets. Au vu de la seconde période, je crois que le score final est complètement mérité. Puis c'est à cela aussi que la mi-temps sert [à recadrer; NDLR]. On a des joueurs intelligents, qui savent où on est en danger, on a su gérer cette seconde période plus facilement que la première."

Nielsen : "C'était une victoire importante pour nous, je suis fier de l'équipe. On gagne toujours en tant qu'équipe, c'est la plus grosse différence avec les autres formations de Pro League, on le fait en équipe, pas à deux ou trois. En tant que leaders aussi, on est quelques-uns à emmener l'équipe avec nous même si c'était moi le capitaine en l'absence de Teddy (Teuma). La première période n'était pas parfaite mais la seconde était vraiment bonne. J'étais en forme physiquement, après je n'ai pas beaucoup joué avec l'équipe nationale (rires), il y a eu des sessions d'entraînement mais oui, je suis fit. On a joué dans ce stade magique avec beaucoup de supporters des deux équipes. Si le prochain objectif est le titre ? Oui, mais on peut déjà être très fiers de ce qu'on a déjà fait. Evidemment qu'on va pousser pour plus mais c'est une grosse étape, c'est déjà incroyable ce qu'on a déjà fait."

Carcela : "C'est beaucoup d'émotion, je me remémore tout ce que j'ai vécu ici: les supporters, l'accueil qu'ils m'ont fait... C'est vrai que ça fait toujours un pincement au cœur de partir, surtout dans des conditions comme cela. J'aurais préféré partir sur une meilleure note mais le destin est comme cela et je l'accepte. Ils [Pocognoli et Goreux avant le match, NDLR] m'ont fait verser une petite larme, ces enflures, ça me fait plaisir que ce soit eux qui me remettent ces petits cadeaux. En les voyant, je me suis remémoré beaucoup de moments vécus avec eux, on a gagné des coupes ensemble, on a été champions ensemble, il n'y a pas de mots. Au moment du changement, je sais que c'est la dernière fois que j'entendais mon nom ici au Standard, j'ai un peu profité du moment, j'ai regardé ma famille, c'est un grand moment pour moi. C'est difficile de parler parce qu'il y a beaucoup d'émotion, je quitte la famille. On me verra encore sur le terrain mais je ne sais pas ce que le destin me réserve ici ou ailleurs. Mais je resterai Standardman, ça on le sait. Un souvenir en particulier ? Le jour où on a été champion. Et les six mois que j'ai fait ici quand on s'est fait voler le titre. Aux supporters, merci pour tout le soutien au cours de ma carrière, c'est pour vous que je jouais. Sans vous, je n'aurais pas eu le plaisir de jouer au foot, merci à vous."

Mazzu : "C'est énorme, il ne faut pas oublier d'où l'on vient! Il y a deux ans, quand on a lancé le projet, on voulait être champions en D1B et c'était le seul objectif. Aujourd'hui, on termine à la première place de la phase classique. Le groupe a réalisé deux saisons extraordinaires. La mentalité déployée, notamment aujourd'hui, c'est quelque chose de fantastique. Notre première mi-temps, c'était un match un peu bizarre, sans beaucoup de rythme. On a eu du déchet mais aussi des occasions pour mettre plus qu'un but. Puis il y a cette phase arrêtée qu'on gère mal et sur laquelle ils reviennent. En deuxième période, je crois que c'était presque parfait dans l'organisation, dans le fait de repartir vers l'avant. On a rejoué avec beaucoup de simplicité et d'humilité, ce qu'on avait un peu oublié en première période. C'est bien de pouvoir compter sur plusieurs leaders. On s'est dit à la mi-temps qu'on avait joué avec un manque d'humilité, de simplicité, que ce n'était pas digne d'une équipe qui voulait absolument remporter cette phase classique. On s'est dit qu'il fallait qu'on redevienne ce qu'on a été au début de notre projet. Ca veut dire des gars qui ont faim, qui viennent de loin, qui sont revanchards. Remettre tout cela sur le terrain parce que notre position, on la doit à tout cela."

"Teddy [Teuma, NDLR] est un peu gonflé à son genou, c'est un coup direct, ça ne devrait pas être trop grave. On verra l'évolution. Même chose pour Van der Heyden, il a ressenti une gêne et a préféré ne pas prendre des risques. Notre prochain objectif, c'est de terminer avec une victoire à la maison et de maintenir l'écart avec les autres participants des play-offs 1. On a transformé ce que j'avais dit dans la presse en disant qu'on jouait pour être champions. On joue pour avoir de l'ambition, et c'est de vouloir gagner chaque match, en prenant du plaisir, et on verra à la fin. Et si on gagne chaque match, normalement on sera champions, oui (rires)."

Elsner : "On a clairement baissé le pied en terme d'intensité en seconde période même si on encaisse ce deuxième but sur corner, une chose qui ne nous était plus arrivée depuis longtemps et qui se produit deux fois aujourd'hui. C'est vraiment dommmage qu'on n'ait pas su et pu garder le rythme tout au long du match. L'intensité et l'agressivité ont chuté et donc on a subi, assez bas, sans avoir l'occasion de convertir les ballons récupérés. Ca restera un énième regret de ne pas avoir pu continuer jusqu'au bout. J'ai vraiment la sensation qu'aujourd'hui, ce n'était pas le "vouloir" qui était en cause mais le "pouvoir", avec l'exemple des quatre changements subis parce que les joueurs ne savaient plus suivre. C'est un point de travail pour la saison prochaine. Ce bilan, c'est très difficile à expliquer, quand on fait une saison comme cela. Le match résume bien cela : des petits soubresauts noyés dans un flot de difficultés."

"Les nouveaux propriétaires ? Je n'ai pas encore eu de discussions mais je crois que cela va arriver très rapidement pour faire un point sur la suite, c'est important pour tout le monde. Mon envie ? C'est de s'inscrire dans cette reconstruction, oui. Après avoir vécu ces mois difficiles, s'être battu sans beaucoup de succès, l'envie est absolument présente de participer à une reconstruction, une révolution. Mais ce n'est pas moi qui décide."