Helmut Graf sera un observateur attentif dimanche du duel entre Eupen et le Standard

LIÈGE Joueur emblématique du Standard de 1976 à 1982, l’Allemand Helmut Graf a ravi les supporters liégeois pendant 6 ans. Mais avant cela, l’ancien médian a d’abord fait ses armes du côté d’Eupen entre 1971 et 1973.

Cela en fait évidemment un observateur avisé de la rencontre de dimanche entre Eupen et le Standard. Match qu’il ne louperait pour rien au monde.

“J’ai déjà mes places et je serai en tribune dimanche” , assure notre interlocuteur. “L’ambiance qui règne dans ce stade est particulière. Eupen a consenti de gros efforts pour élever le statut du club. Rien que pour cela, les Pandas méritent de rester en D1. Par ailleurs, avec ce qu’Eupen montre, je pense que le club parviendra à se sauver.”

S’il espère que les germanophones resteront au sein de l’élite, Helmut Graf n’en espère pas moins des Rouches qu’ils accèdent aux playoffs 1 même si les Liégeois le déçoivent un peu.

“Je dois dire que lorsqu’on voit le noyau du Standard sur papier, on est en droit de s’attendre à autre chose. Cette équipe manque cruellement de régularité. À décharge des Liégeois, ils n’ont pas été épargnés par les blessures depuis le début de saison. Je ne pense pas que Dominique D’Onofrio a pu aligner deux fois de suite le même onze de base. Cela étant, l’écart entre les Liégeois et les Bruxellois au classement est bien trop important (NdlR : 18 points).”

Dimanche, l’ancien Rouche espère une rencontre ouverte entre deux équipes en quête de points.

“Je pense sincèrement que ce sera compliqué pour le Standard. À domicile, les hommes d’Albert Cartier sont tout de même difficiles à manœuvrer. De plus, les germanophones sont dans une spirale positive après le beau succès acquis sur le terrain de Lokeren. La force d’Eupen est que cette équipe forme en réalité un vrai bloc. De plus, face au Standard, la motivation des hommes du Vosgien sera décuplée. Je pense que c’est là que réside la clé de la rencontre. Celui qui aura le plus envie l’emportera.”

Quant à savoir de quel côté son cœur balancera dimanche soir, Helmut Graf a une réponse toute faite. “Vous savez, Eupen m’a permis de me relancer. Au Standard, j’ai vécu les plus belles années de ma carrière. C’est donc compliqué pour moi de désigner un vainqueur. Le Standard se doit pourtant de l’emporter pour rester dans le bon wagon. Quant à Eupen, ce n’est pas face au Standard qu’il jouera sa survie en D1. Je vois donc bien un bon match nul, 2-2.”

On verra dimanche soir si Helmut Graf est aussi bon pronostiqueur qu’il était footballeur.



© La Dernière Heure 2011