Les Liégeois ramènent un bon point de l’Antwerp et poursuivent leur bonne série.

Il y avait comme un air de Championship , le deuxième échelon national anglais, dans cette rencontre entre l’Antwerp et le Standard. Les deux clans de supporters n’ont pas arrêté de se répondre durant l’ensemble de la partie avec, en guise d’apéro lors de la montée des joueurs sur la pelouse, un immense tifo dans la tribune principale anversoise et un craquage de fumigènes rouge et blanc côté liégeois, accompagné du message : "There is only red and white" .

Côté jeu, les deux équipes ont également imité les stars qui évoluent de l’autre côté de la Manche. C’est-à-dire un jeu fait de duels tellement intenses qu’ils ont même mis au tapis l’immense Christian Luyindama. Ce qui est peut-être une première cette saison tant le défenseur congolais en impose par son physique. Toute cette excitation n’a visiblement pas plu à Laszlo Bölöni, qui a vu la dernière demi-heure depuis les tribunes, une écharpe d’un supporter nouée autour du cou. Comme il l’avait fait lors d’un déplacement à Bruges… avec le Standard !

L’Antwerp et le Standard ont éprouvé les pires difficultés à développer du jeu. Les lignes étaient très serrées, notamment à cause d’un schéma tactique local particulièrement défensif, avec parfois sept hommes derrière le ballon en première période. Dans ces conditions, les éléments offensifs liégeois ont eu bien du mal à combiner et n’ont donc pas pu servir Orlando Sa dans les meilleures conditions. L’attaquant portugais s’est, tout de même, créé deux belles opportunités mais ses reprises de la tête étaient trop molles ou pas suffisamment placées pour inquiéter Sinan Bolat.


Dans l’ensemble, les Liégeois ont confirmé qu’ils étaient en train de redresser la tête après un début de compétition difficile. Guillermo Ochoa a dû se détendre pour dévier une frappe croisée de Joeri Dequevy et une tentative lointaine de Faris Haroun mais, hormis cela, la défense principautaire a assuré, malgré le pressing imposé en fin de rencontre.

Dixième, le Standard est encore loin de ses ambitions initiales mais avec trois petits points de retard sur la sixième place, il peut légitimement espérer des lendemains meilleurs. Les joueurs ont démontré qu’ils étaient capables de supporter cette pression qui s’imposait à eux, et les dirigeants ont certainement eu raison de doubler les primes lors des trois derniers matchs. Ce sera à confirmer, ce dimanche, face à une équipe en forme, Waasland-Beveren.