Laurent Ciman a fait le choix du cœur et se réjouit aussi de jouer contre des stars.

C’est une salle de presse pleine à craquer qui attendait Laurent Ciman ce jeudi. Le défenseur de 29 ans devait expliquer les raisons qui l’ont poussé à quitter le Standard quatre ans et demi après l’avoir rejoint pour le Canada et l’Impact Montréal.

"Comme vous le savez, je vais poursuivre l’aventure au Canada où j’ai signé pour trois ans à l’Impact Montréal. Il s’agit d’un choix sportif mais avant tout familial. Là-bas, on pourra, avec ma femme, bénéficier de traitements à la pointe pour notre petite Nina. Je tiens à remercier la direction. Que ce soit Roland Duchâtelet, Axel Lawarée ou Bruno Venanzi, ils ont tous compris l’importance, pour moi, pour ma famille, de ce départ."

Sportivement parlant, Laurent Ciman ne pense pas effectuer un pas en arrière. "Je ne connaissais pas la MLS. Je me suis renseigné sur cette compétition qui, à mon sens, n’est pas plus faible que le championnat belge. Je vais affronter de grands joueurs issus des plus grands championnats comme la Premier League ou encore la Liga, des gens qui ont disputé la Ligue des Champions . Je suis impatient."

Les premiers contacts avec l’Impact Montréal datent du stage en Espagne. "Ma femme m’avait toujours dit que le Canada serait un excellent port d’attache pour nous. Je lui ai toujours dit que, tant que je serai footballeur, cela serait compliqué. Via un agent, j’ai appris que l’Impact Montréal cherchait un défenseur central et s’intéressait à moi. Des offres, j’en ai souvent eu depuis que je suis au Standard. Je les ai toujours refusées. Celle-ci, je ne pouvais la décliner. Le train ne passe qu’une fois et quand cela touche au cœur…"

En s’exportan t en MLS, Ciman risque de perdre de la visibilité aux yeux de Marc Wilmots. "J’en ai discuté avec lui. Il ne connaît pas bien la MLS et compte bien me suivre. Si ce départ me ferme les portes de l’équipe nationale, ce n’est pas grave. Le plus important reste ma femme et mes deux enfants."

C’est donc en bon père de famille que Laurent Ciman a sollicité son départ. "Ce n’est pas le footballeur mais bien l’homme, le papa, qui s’est présenté devant la direction pour obtenir ce départ. Je remercie encore tout le monde pour la compréhension."

Le volet financier n’a, là aussi, pas pesé dans la balance. "Si je voulais gagner plus, je signais à Sion. L’argent ne prendra pas le pas sur l’amour de ma famille."

En arrivant en MLS, Laurent Ciman va débuter par la Ligue des Champions. "Cela tombe bien, je ne l’ai jamais jouée. Je pars lundi au Canada pour huit jours pendant lesquels je ferai tout pour préparer au mieux la venue des miens. J’ai également appris que le meneur des Ultras de l’Impact Montréal est un Liégeois. C’est une bonne chose pour moi !"

Le Standard où il a passé quatre ans et demi, Laurent Ciman n’est pas près de l’oublier. "Cela restera mon club de cœur. Être apprécié par ce public est la plus belle chose qui me soit arrivée. Je remercie tous les supporters. Qu’ils continuent comme ça, c’est la toute grande classe !"

Conscients que nous perdions un interlocuteur de choix, nous, journalistes, avons chaudement applaudi la sortie de Laurent Ciman.