Les Liégeois étaient assommés après un nouveau revers. Bodart a passé une radio à l’hôpital.

Aucune victoire depuis trois semaines. Le Standard ne comprend toujours pas comment il en est arrivé là, alors que tous les signaux étaient au vert. "C’est une triste fin d’année pour nous", regrettait Gojko Cimirot, le seul Liégeois, avec Mehdi Carcela, ayant fait le déplacement jusqu’en zone mixte. "On perd tous nos derniers matchs de manière stupide."

En bord de terrain quelques dizaines de minutes avant, Paul-José Mpoku ne disait pas le contraire aux micros des télévisions. "Ils ont frappé une fois et ça fait 0-1, suffisant pour qu’ils repartent avec les trois points. C’est difficile à avaler. On est vraiment déçu (silence)."

Frustré, le capitaine pestait une fois encore sur les occasions ratées. "On a tout donné et quand on regarde les occasions créées, cela prouve que les gars sur le terrain ont fait le travail."

Une manière comme une autre de parler des absents côté liégeois. "La trêve est bienvenue et arrive au bon moment, même si on aurait préféré partir en vacances avec l’esprit en paix", soulignait Mpoku.

"On doit prendre du repos", soufflait de son côté Cimirot qui rappelait les nombreuses blessures de ses partenaires pour tenter d’expliquer cette mauvaise passe.

Des blessures auxquelles s’est peut-être ajoutée celle d’Arnaud Bodart. Touché dans un duel avec Kvilitaia en milieu de deuxième période, le jeune gardien est resté au sol quelques dizaines de secondes mais a pu terminer la rencontre. Juste après, il est parti à l’hôpital faire une radio de contrôle. Le staff suspecte une blessure au niveau des côtes.