Ils ne regrettent pas que Lucien D’Onofrio ne collabore pas avec leur club

LIEGE Pas mal de supporters du Standard ont sans doute avalé leur café de travers, hier matin, en lisant notre révélation sur une collaboration prochaine entre Lucien D’Onofrio, l’ex-boss de Sclessin, et Anderlecht, le grand rival.

Cela dit, pour beaucoup de fans rouches, ce n’est pas vraiment une surprise...

Les Ultras : “C’est dans la lignée de ce que lui et son frère ont fait depuis qu’ils ont quitté le Standard”, estime David. “Lucien s’est amusé à saboter le Standard en ayant une influence négative sur plusieurs transferts, Dominique a intenté un procès au Standard parce qu’il avait soi-disant été mis dehors alors qu’il a lui-même décidé de partir. Si Lucien va jusqu’à travailler pour Anderlecht, c’est scandaleux. C’est qu’il n’avait pas un réel amour pour le Standard, comme il le prétendait. La nouvelle direction rouche aurait-elle dû lui proposer cette collaboration ? Lucien a dit lui-même que si le club était racheté, il s’en allait et ne voulait plus rien avoir à faire avec le Standard... Parce qu’il veut tout décider.”

PHK : “Je ne suis pas étonné”, dit Renaud. “Cela ne s’est pas passé comme il le voulait, au Standard, et maintenant il prend sa revanche. C’est notamment à cause de lui que les montants des transferts sortants ont été si faibles. À côté de cela, Lucien reste avant tout un homme d’affaires, qui aime l’argent et cette fonction de manager-dirigeant. Anderlecht lui permettra sans doute de satisfaire davantage ses grandes ambitions... Je pense d’ailleurs que cette nouvelle est plus difficile à digérer pour les supporters d’Anderlecht, eux qui disaient Standard mafia et qui reprochaient à Lucien de traîner des casseroles... Il faudra voir aussi si cela va coller entre Lucien et Anderlecht : acceptera-t-il de ne pas tout décider, de partager le pouvoir et l’argent ? La nouvelle direction aurait-elle dû lui proposer de continuer à collaborer ? La transition aurait peut-être pu se faire en douceur. Mais, avec le recul, je n’ai pas de regret : on a une nouvelle politique, des nouvelles méthodes. Soyons confiants en nos moyens, sans nous préoccuper des autres.”

© La Dernière Heure 2011