Dimanche dernier à Virton, pour sa deuxième sortie (la première comme titulaire et capitaine) depuis son retour, Igor De Camargo a prouvé qu’il n’avait pas perdu son instinct de buteur.

L’attaquant a inscrit un but de la tête et a donné un assist génial à Frédéric Bulot pour le deuxième but rouche. Non qualifié pour le 2e tour préliminaire de l’Europa League, Igor De Camargo travaille dur pour être rapidement à 100 % de ses possibilités.

Igor, êtes-vous heureux d’avoir retrouvé la sensation du buteur à Virton ?  

"Totalement. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas débuté un match. C’était seulement ma deuxième sortie sous le maillot rouche depuis mon retour. J’ai encore beaucoup de travail à fournir."  

Physiquement, où en êtes-vous ?

"En pleine préparation. (rires) Comme je l’ai dit, il y a encore beaucoup de boulot. Je dois m’adapter et également trouver les automatismes avec mes coéquipiers. Cela ne doit pas prendre trop de temps."  

Êtes-vous déçu de ne pas pouvoir affronter Reykjavik ?

"Oui car j’ai faim de football et cela fait deux matches en moins à jouer. Mais il y en aura d’autres !"  

Vous êtes un ancien de la maison, mais vous la redécouvrez.  

"Exactement. C’est un nouveau Standard que je découvre depuis mon arrivée. Tout a changé ici. Je dois retrouver mes marques. Mais une chose est certaine: ma passion est toujours présente !  

Comment jugez-vous ce groupe rouche ?

"Il y a beaucoup de potentiel. Il y a beaucoup de très bons joueurs. Cependant, les garçons doivent bien comprendre que sans la discipline, sans la mentalité et sans l’engagement, on ne peut pas réussir. Il faut bien respecter les consignes du coach. Avec de la discipline, on peut arriver loin."  

C’est un discours de vieux sage que vous avez...

"J’ai toujours été comme ça. Je dois partager mon expérience avec les jeunes. La communication est primordiale. J’essaie d’aider les plus jeunes en les guidant sur le terrain et en dehors de celui-ci. C’est également mon rôle."  

Serez-vous prêt pour le déplacement à Malines ?  

"On verra bien… En tout cas, je vais travailler très dur pour être présent."