"Le championnat est important", estime Igor De Camargo

LIÈGE Samedi, Igor De Camargo a probablement permis aux scouts serbes - s'il leur en fallait encore la certitude - de comprendre que la force de frappe offensive du Standard ne se limitait pas à Dieumerci Mbokani et Milan Jovanovic. Avec ses deux buts, l'attaquant reste placide et ne revendique strictement rien au niveau de son positionnement.

"Je sais parfaitement ce que j'apporte à l'équipe collectivement et tactiquement depuis que je suis arrivé à Sclessin", souligne-t-il. "Et je ne suis pas homme à chercher la polémique, ce n'est pas dans mon caractère. Ainsi, ce que pense notre entraîneur de Jardel ne regarde que lui (NdlR : pour schématiser les propos du Roumain, l'attaquant, en marquant 53 buts en deux saisons, est titulaire d'emblée et ne doit même plus se conformer aux consignes tactiques). Laszlo doit juste comprendre les joueurs composant son noyau et tenter de les motiver."

La motivation , justement, était un des mots que l'on entendait le plus hier à l'Académie. "Je m'attends à un match très disputé entre une équipe qui veut confirmer en Europe et l'autre se sauver. La clé sera la concentration dans un stade qui nous sera hostile et avec un climat probablement ar- du. Bien sûr, après notre résultat face à Séville, nous avons dû imposer du respect à notre hôte."

Le Belge ne prendra pas le Partizan de haut : "Notre motivation doit rester extrême, être aussi forte que contre Séville, Liverpool ou Everton, même si l'affiche est moins prestigieuse. Cette Coupe d'Europe est une vitrine pour les joueurs et est l'image du club à l'extérieur. La Coupe de l'Uefa est excitante mais le championnat est plus important. Le Standard a les qualités et la mentalité pour réaliser une bonne performance."

Certains évoquent un parcours comme le Zenit. "Depuis le début de la saison, j'ai dit qu'il fallait faire attention au fait que l'Europe ne nous fasse pas mal. Le Zenit devait se reposer sur un noyau différent du nôtre. Son championnat, ne se jouant pas aux mêmes dates, change aussi la donne."



© La Dernière Heure 2008