Pour Igor De Camargo, cela va "remonter le moral des Liégeois"

SCLESSIN Un peu comme l'homme que l'on n'attendait pas à l'entame des débats, Igor De Camargo s'est invité au festin européen. Combatif, travailleur, très présent entre les lignes, parfois engagé à mauvais escient et l'un ou l'autre geste de mauvaise humeur à éviter : le Brésilien a accusé les coups. À l'inverse, il n'a pas su se montrer concret afin de plier le match juste avant la pause.

"Je me suis dépensé tant et plus. Physiquement, ce match a été dur. Intense. C'est sur cet aspect que nous devions créer la différence. Mon rôle était essentiel à ce niveau, tout en amorçant les mouvements de contres."

Après sa déconvenue contre Charleroi, on a vu un autre Standard. Celui de la version continentale. "On a prouvé que nous avions, en nos rangs, un niveau très élevé. Mais nous avions vraiment besoin d'un tel match afin de retrouver du moral. Depuis le début de la saison, il est vrai que l'on observe un Standard à motivations différentes selon le type de compétition. Contre Séville, nous avions l'obligation d'augmenter encore notre rythme de jeu."

De quoi franchir un nouveau palier et déjà entrevoir la possibilité d'une qualification ? "Je ne pense pas que cette confrontation contre les Espagnols nous ait fait franchir une nouvelle étape. Simplement car nous avions déjà passé un cap, que ce soit contre Liverpool ou Everton. Contre ces formations anglaises, nous étions motivés et l'engagement était total. Ici, on a ajouté la rage de vaincre."

À la hauteur techniquement, les Rouches ont répondu dans d'autres secteurs. "Mentalement, nous avons été bien présents aussi. Mais c'est surtout tactiquement que nous avons été les plus performants."

Une prestation qui demande confirmation en coupe de Belgique et en championnat avant le déplacement à Belgrade (0 sur 6) dans trois semaines. "C'est surtout à domicile qu'il faut assurer la qualification. Sans, par ailleurs, snober aucun adversaire. Même s'il a déjà subi deux défaites."



© La Dernière Heure 2008