Jean-François de Sart monte au créneau après le 5-0

LIEGE Après l’humiliation subie à Anderlecht, le Standard a dû encaissé pas mal de critiques. Pour faire face, Jean-François de Sart est monté au créneau hier. Alors que le coach et les joueurs se murent dans le silence jusque jeudi, le directeur sportif a joué le pompier de service pour étouffer tout début de crise.

“Si je suis ici, c’est seulement parce qu’il faut laisser les joueurs et le staff se pencher sur le match important de jeudi” , précise Jean-François de Sart.

Ce dernier, tout comme l’intégralité des sympathisants du club, n’a pas apprécié la déroute du Standard à Anderlecht.

“C’est un fait que personne au club, des dirigeants aux joueurs en passant par le staff et les supporters, n’est content de ce qu’on a vu dimanche soir. Tous ceux qui ont du rouge et du blanc en eux sont très déçus.”

S’il ne fait pas exception à ce constat, Jean-François de Sart tient tout de même à relativiser les choses.

“Une telle défaite, cela peut arriver dans une saison. Regardez le Real Madrid. La saison dernière, les hommes de Mourinho ont pris une raclée à Barcelone (5-0), mais cela ne les a pas empêchés de réaliser une belle saison. Le Real a su rebondir, on doit le faire aussi.”

L’opération rachat des Rouches commencera ce jeudi avec le troisième match d’Europa League face aux Ukrainiens de Vorskla Poltava.

“C’est un avantage de pouvoir enchaîner avec une compétition différente. L’Europe, c’est un autre contexte qui nous a réussi plutôt bien pour le moment et on doit tout faire pour que cela dure.”

Après l’humiliation d’Anderlecht, Jean-François de Sart en appelle à l’unité chez les Liégeois.

“Nous sommes toujours sur le même bateau et nous devons faire en sorte que ce navire avance rapidement et dans le bon sens. Les joueurs doivent absolument tirer les leçons du match de dimanche. Nous avions, un peu à l’image des Belges en Allemagne, bien débuté la partie puis nous prenons trois buts sur des phases similaires. Il faut travailler afin de ne plus répéter les mêmes erreurs dans le futur.”



© La Dernière Heure 2011