En 2012, alors âgés de 18 ans, Batshuayi et Ezekiel avaient porté l’attaque liégeoise.

Aujourd’hui, la ligne d’attaque liégeoise a pris un sacré coup de jeune. Avec Raman (21 ans), Mbenza (20 ans), Tetteh et Ryan Mmaee (19 ans), la moyenne d’âge dépasse tout juste les 19 ans.

Est-ce réellement un problème ? Pour les supporters, il semble que cela soit le cas. Mais cette carte de la jeunesse, qui avait été annoncée par la direction, pourrait bien s’avérer payante.

C’est pourquoi Ryan Mmaee, pétri de talent, devait recevoir sa chance cette saison. Il était question, dès la fin de saison dernière, d’intégrer le cadet des frères à la hiérarchie des attaquants. Avec le départ de Santini et la mise à l’écart du duo Yattara-Emond, Mmaee vient de faire un sacré bond dans la hiérarchie.

Isaac Mbenza, jeune papa, a été recruté en vue d’en faire un numéro 9. C’est à ce poste qu’il s’est révélé la saison dernière à Valenciennes où son départ a été très mal pris par les fans. Benjamin Tetteh, lui, présente énormément de qualités mais doit encore s’aguerrir tandis que Benito Raman compte déjà plus de 100 matches en D1.

La situation actuelle rappelle étrangement celle de la saison 2012-2013. Cette année-là, le Standard débutait la saison avec un duo d’attaque composé de Dudu Biton et Marvin Ogunjimi.

Après remaniement, la ligne d’attaque était confiée à un duo de gamins de 18 ans : Imoh Ezekiel et Michy Batshuayi qui marquèrent respectivement 14 et 7 buts avant de flamber la saison suivante avec 33 buts au compteur à eux deux. C’est également lors de cette saison qu’un jeune talent, Paul-José Mpoku (20 ans) a reçu la confiance de son coach (Mircea Rednic) et a littéralement explosé.

Pourquoi l’histoire ne repasserait-elle pas les plats ?