En phase classique, le Standard est la... seule équipe à avoir effectué trois changements par rencontre

LIEGE

Nonante. C’est le nombre de remplacements effectués par le staff liégeois cette saison au cours des 30 matches de la phase classique. Que ce soit Ron Jans ou Mircea Rednic, ils ont tous deux à chaque fois procédé à trois remplacements lors de chaque match. À titre de comparaison, Anderlecht et Bruges n’ont effectué que 75 remplacements en 30 matches.

Malheureusement, ces nonante remplacements sont loin d’avoir été rentables. En effet, peu de remplaçants liégeois ont fait la différence lorsqu’ils sont montés au jeu. Depuis que Mircea Rednic est à la tête de l’équipe, seuls deux joueurs ont fait la différence en montant.

À Genk, pour le tout premier match du coach roumain à la tête du club, Luis Seijas est monté au jeu à la 58e. En fin de match, c’est lui qui s’en allait tromper Van Hout assurant ainsi le succès des siens 0-2. À Louvain, Kensuke Nagai, monté à 8 minutes du terme, a délivré une passe décisive pour le dernier but liégeois de Bulot.

Dans une moindre mesure, Imoh Ezekiel a contribué à l’exclusion de Lucas Biglia quelques instants après avoir remplacé Batshuayi lors du dernier Clasico .

À plusieurs reprises cette saison, Mircea Rednic a déclaré ne pas avoir été satisfait de l’apport de ses réservistes. “Les changements opérés par Garrido ont été plus efficaces que les miens” , avait précisé Rednic après la défaite à domicile face à Bruges 1-3.

En playoffs 1, on sait que le banc fait souvent la différence. Il suffit de se rappeler du premier match des playoffs du Standard à Anderlecht il y a deux ans. Les Rouches l’avaient emporté 1-3 avec une équipe de réservistes.

Pour atteindre le Top 3 , Mircea Rednic aura besoin de plus de 11 joueurs. Aux réservistes donc d’élever leur niveau de jeu.



Kevin Sauvage





© La Dernière Heure 2013