Recalé après un test à Bruges, Imoh Ezekiel n’est absolument pas rancunier…

LIEGE “Je vais beaucoup mieux. Mon genou ne me fait plus souffrir, je serai bien apte à débuter les playoffs 1 à Bruges.”

C’est par ces mots rassurants qu’Imoh Ezekiel a voulu débuter l’entretien qu’il nous a accordé juste avant le début des playoffs 1.

Lundi prochain, c’est dans la peau du meilleur buteur liégeois et également celle d’un titulaire indiscutable qu’Imoh Ezekiel va entamer les playoffs 1 à Bruges. “C’est, jusqu’à présent, le moment le plus important de ma carrière. Au bout de ces dix finales, nous pouvons rafler une place européenne. Je vais tout donner pour aider l’équipe à atteindre cet objectif.”

Lorsqu’il est arrivé au Standard, Ezekiel n’aurait jamais pensé devenir si rapidement l’attaquant indispensable du club. “Je pensais simplement à m’adapter, me donnant un ou deux ans pour m’intégrer. Mais voilà, je me suis adapté en quelques mois seulement !”

Actuellement sixième, le Standard ne peut que faire mieux en playoffs 1. Imoh Ezekiel est convaincu que les Rouches ne fermeront pas la marche dans sept semaines. “Dans le groupe, on s’est parlé et tout le monde veut réaliser quelque chose dans ces PO1. On va se battre jusqu’au bout pour offrir l ’Europe aux supporters. Nous avons un groupe très jeune. Ce serait super de jouer l’Europe la saison prochaine.”

Au début de saison, Imoh Ezekiel était la belle surprise du championnat. Aujourd’hui, avec ses quatorze buts, tout le monde le connaît et le Nigérian est attendu au tournant. De quoi mettre plus de pression sur ses jeunes épaules ? “Pas du tout. Vous savez, je ne ressens aucune pression. Je reste bien calme et je travaille tous les jours.”

Alors que tous les observateurs voient déjà Anderlecht champion, Imoh Ezekiel se méfie du premier adversaire des Rouches en playoffs 1. “Pour moi, l’équipe la plus dangereuse reste le Club de Bruges. Ce sera difficile pour nous mais on fera tout pour prendre les trois points.”

Lundi, Imoh Ezekiel aurait pu se retrouver dans le camp d’en face. Mais après un test avorté la saison dernière, le Nigérian a rejoint Sclessin. “J’étais blessé en arrivant à Bruges. On ne m’a même pas laissé le temps de me soigner. Une semaine, qu’est-ce dans la vie d’un club ? Je n’ai pas eu ma chance, tant pis.”

Pas rancunier, Ezekiel n’en veut pas aux décideurs brugeois. “Pas du tout. Vous savez, au final, c’est grâce à Bruges que je réussis actuellement et que je suis meilleur buteur du Standard. C’est le destin, mon destin !”



© La Dernière Heure 2013