José Jeunechamps a vu débuter les deux attaquants avec les U21 du Standard

LIEGE Deux centimètres. Outre la couleur du maillot, voici ce qui différencie le Rouche, Imoh Ezekiel (1,70 m) et le Mauve, Gohi Bi Cyriac (1,72 m). Les deux attaquants de poche sont rétablis de leur blessure, plus sévère pour l’Anderlechtois, et pourraient donc être opposés demain en fin d’après-midi à Sclessin.

Autre point commun entre les deux hommes ? Ils ont tous les deux été révélés au Standard pour leur toute première expérience en Europe. José Jeunechamps, ancien coach des U21 rouches et désormais à Metz (D3 française) en compagnie d’Albert Cartier et de Dominique D’Onofrio, a eu les deux attaquants sous ses ordres. Il décrypte, deux jours avant le Clasico, ses anciens joueurs. “Ils se ressemblent, mais ont tout de même des différences un peu comme des faux jumeaux. Tous deux sont dotés d’une explosivité incroyable sur les premiers mètres mais aussi sur la longueur. Au niveau des différences, même si Imoh n’est pas mauvais dans ce secteur, je dirais que Gohi Bi a une meilleure détente. C’était un truc de malade à l’entraînement !”

À l’inverse, José Jeunechamps estime que le Standardman a plus l’instinct du tueur. “Il est vrai qu’Imoh a le sens du but tandis que Cyriac travaille plus pour un second attaquant. Cependant, il ne faut pas juger Gohi Bi trop vite. Il n’a pas eu beaucoup de chance.”

La chance, un autre facteur qui permet de différencier le Rouche du Mauve. “Cyriac a déjà connu beaucoup de blessures tandis qu’Imoh a été préservé et j’espère que ce sera encore le cas longtemps.”

Le Nigérian n’aura finalement mis que 6 mois pour devenir la révélation du matricule 16. “C’est encore une autre différence entre les deux. Cyriac et Ezekiel sont arrivés dans les mêmes conditions en janvier, en plein hiver. Ils se demandaient ce qui leur arrivait ! Mais Imoh s’est adapté plus vite et a eu la chance de ne pas souffrir de la même concurrence que Cyriac à son époque.”

José Jeunechamps ne s’attendait pas à une éclosion aussi rapide pour Ezekiel. “Lorsque je l’ai vu pour la première fois, j’ai immédiatement rendu un rapport favorable. Pour son premier entraînement, comme pour Cyriac, tout le monde était subjugué et se disait : quelle vitesse, ce sont des motos ! Mais je ne pensais pas qu’Imoh allait devenir, si vite, un joueur indispensable. Je suis heureux pour lui.”

Une chose est sûre: José Jeunechamps a pris beaucoup de plaisir à leur contact. “Ils sont attachants tous les deux. Ce sont des joueurs qui ont besoin d’affection.”


© La Dernière Heure 2013