Presque six mois sans football pour les supporters, c’est long. Pour le premier choc de leur équipe cette saison, les fans liégeois avaient promis une petite action. Rendez-vous pris au centre d’entraînement, d’où partait le bus avant le match, avec des fumigènes et des chants. "On sent qu’ils sont frustrés de ne pas être avec nous… ce qui nous frustre aussi", glissait Nicolas Gavory.

Et alors que l’ambiance des rencontres à huis clos peut parfois laisser penser à un amical, ces petits rassemblements de supporters aident les joueurs à prendre conscience de l’importance du match. "Voir nos fans avant le match avec des fumigènes nous met encore plus dedans, même si le stade est vide. C’est un petit plus pour toute l’équipe."

Qui n’a pas hésité à aller saluer une petite centaine de supporters massés devant les grilles entourant le stade après la rencontre. "Notre team manager nous a avertis qu’ils étaient là et il était normal d’aller les saluer", reconnaissait le Français.

"C’est super de sentir leur soutien. Merci à eux", ponctuait de son côté Aleksandar Boljevic.

Nul doute que la scène se répétera à l’avenir si les huis clos devaient se prolonger.