Jean-François Gillet a utilisé des mots durs pour parler de la prestation rouche.

"Honoré" d’avoir reçu le brassard de capitaine suite aux absences d’Alexander Scholz et de Réginal Goreux, Jean-François Gillet n’a pas passé une soirée de tout repos. Impuissant sur le but mouscronnois, il a réalisé cinq arrêts de grande classe pour éviter que cette défaite prenne des allures de correction. "J’essaye de tout donner quand je monte sur le terrain. Tu peux connaître une journée plus difficile mais tu dois quand même donner ta vie", disait-il.

Quels mots vous viennent en tête après une telle déconvenue ?

"Un scandale. Nous avons une dignité, une image de professionnels à défendre jusqu’au 30 juin. Mais, ici, nous avons fait n’importe quoi. On n’a pas gagné un duel et pas pris un seul deuxième ballon. Des milliers de supporters avaient fait le déplacement pour nous encourager et nous sortons un match pareil. Quand on porte le maillot du Standard, il faut donner sa vie jusqu’à la fin, que ce soit durant une rencontre amicale, de playoffs ou de Coupe de Foire (sic) ."

Avez-vous le sentiment que les joueurs l’ont tous compris ?

"Oui, ils l’ont compris. Il y a aussi beaucoup de nouveaux joueurs qui ont besoin de temps pour s’adapter mais même quand tu es dans un mauvais jour, il faut montrer de la hargne; cela n’a pas été le cas. Si ce n’est en fin de match, où nous nous sommes créés deux ou trois opportunités. Si nous avions montré un tel visage dès le début, nous aurions gagné. Là, on s’est fait éclater chez le dernier."

Quel est le problème, alors ?

"Je pense que nous avons besoin d’un déclic mental, de comprendre où nous sommes et ce que nous devons faire. Pendant la semaine, cela bosse bien à l’entraînement mais on ne le montre pas le dimanche. Il faudrait inverser cette tendance. C’est inquiétant de jouer un tel match. Nous sortions de quelques bonnes prestations et là, nous replongeons dans le trou."

Les fans en ont marre : ils ont hué l’équipe… avant le début du match.

"Cela ne fait pas plaisir mais c’est normal que les gens soient dégoûtés. Nous jouons au Standard et nous occupons la 9e place du classement : il ne fallait pas s’attendre à recevoir des compliments. Il faut assumer et réagir. C’est dommage d’en arriver à une telle situation."

On a du mal à croire que cette équipe peut faire quelque chose en playoffs 2…

"Notre saison n’est pas terminée. Il y a encore moyen de prendre un ticket européen; nous nous devons d’aller jusqu’au bout. Mais avec cette mentalité et ce niveau, c’est impossible."