Guillaume Hubert s’apprête à vivre le 3e match européen de sa jeune carrière, assurément le plus important, face à l’Ajax.

Après le triste spectacle imposé par quelques énergumènes des deux camps à Charleroi dimanche dernier, le sportif reprend enfin ses droits ce jeudi soir avec une rencontre... capitale pour les Liégeois ! Face à l’Ajax, ils ont l’occasion de renouer avec leur passé européen en se qualifiant pour les 16es de finale de l’ Europa League .

À l’instar de ses coéquipiers, Guillaume Hubert s’apprête à jouer le match le plus important de sa jeune carrière face à l’Ajax.

"C’est le genre de match qui me fait grandir" , lance le portier liégeois.

Cette rencontre décisive ne sera jamais que la troisième de la carrière de Guillaume Hubert sur la scène européenne. Une compétition qu’il ne s’attendait pas vraiment à disputer il y a plusieurs mois.

"Je n’espérais pas jouer de match européen cette saison et je les enchaîne avec une possible qualification au bout des 90 prochaines minutes" , constate Hubert.

C’est donc avec excitation qu’il abordera ce duel important au cœur d’un climat délétère.

"Au final, j’aurais joué les trois finales européennes. (rires) Pour un jeune gardien comme moi, c’est bénéfique d’avoir la chance de prendre part à de si grands événements. Jeudi soir, je devrai être concentré à 110 %."

Face à l’Ajax, Guillaume Hubert, tout comme l’ensemble des Rouches , n’aura pas le droit à l’erreur. De quoi préparer ce match différemment que les autres ?

"Non pas du tout. J’avoue que pour ma première au Panathinaïkos, j’avais une pression supplémentaire sur les épaules sans pour autant qu’elle s’avère négative. L’annonce de la titularisation ne m’a pas empêché de dormir. Ce sont des matches à enjeu, mais il faut les préparer comme les autres, normalement. On fait tous ce métier pour jouer ce genre de match."

Déjà qualifié, l’Ajax se présentera à Sclessin avec un onze de base largement remanié. De quoi entrevoir des perspectives de qualification ? "Ils sont déjà qualifiés depuis belle lurette mais peu importe l’équipe qu’ils aligneront, on doit faire le job. Ne pensons qu’à une chose : la qualification. Si les Néerlandais ont envie de faire tourner, libre à eux."

Après les incidents qui ont émaillé le choc wallon de dimanche dernier, la tension sera à nouveau de mise ce jeudi à Sclessin. Côté amstellodamois, on n’a pas oublié les jets de fumigènes depuis le bloc visiteur au match aller.

"Vu ce qu’il s’est passé là-bas, ça sera sûrement chaud. En général, à Sclessin, cela se passe souvent bien. On connaît la rivalité entre les deux camps, mais il ne faudrait pas qu’elle interfère sur la qualification. J’espère que les supporters feront leur boulot correctement comme ils le font d’habitude."

Quant au score du match entre le Panathinaïkos et le Celta Vigo, Guillaume Hubert n’en aura cure jeudi soir. "On sait qu’on doit gagner pour passer. Il ne faut pas regarder le résultat du Celta, pensons à nous."


"On revient de loin dans ce groupe"

Alors qu’on ne sait pas encore ce qu’il adviendra du match de dimanche dernier à Charleroi, Aleksandar Jankovic, lui, considère que la prestation des siens dans les installations du Mambourg s’inscrit dans une certaine continuité. "On a pris pas mal de confiance là-bas malgré le contexte", relate l’entraîneur. "On arrive à un certain niveau de stabilité dans le jeu et au niveau de la mentalité. Les trois derniers matches ont été bons dans des contextes délicats. À Vigo, on pouvait être éliminé mais on est revenu; contre Zulte Waregem, on a repris le dessus après l’égalisation et à Charleroi, on est resté calme en renversant la situation avec autorité. On doit garder de l’humilité et tout faire pour que cette belle période dure."

Pour poursuivre la belle série, le Standard espère bien une qualification ce jeudi soir face à une équipe de l’Ajax largement remaniée.

"L’Ajax Amsterdam évoluera avec une équipe bis ? C’est vous qui le dites. Pour moi, cela reste une équipe de prestige. Si vous sous-estimez les Amstellodamois, moi je ne le ferai pas. L’enjeu, c’est la qualification, dans ce groupe au sein duquel on revient de loin."

Cette qualification , elle devra se forger en l’absence d’Ishak Belfodil. "Depuis que je suis ici, on n’a joué qu’une seule fois sans lui et c’était en Coupe. Il est tellement important pour nous qu’on n’a pas eu le temps d’essayer autre chose. Il pèse énormément sur le jeu. On jouera sans lui, on a une option qui est prête et on est tous confiants."


"La roue a tourné, il faut revoir les calculs"

Durant l’intersaison, le clan Hubert a clairement pensé à un départ suite à l’arrivée de Jean-François Gillet. Le jeune portier, fort de son expérience de numéro 1 la saison dernière, n’avait pas envie d’être dans l’ombre de l’ancien international et voulait du temps de jeu.

Finalement, Hubert est resté à quai et ce, malgré l’intérêt tardif (déclaré officiellement la veille du match face au Standard en championnat) du Club Bruges. "Finalement, j’ai bien fait de rester", constatait Hubert à la sortie du match au Panathinaïkos.

Aujourd’hui, le gardien a gardé la confiance de Jankovic et enchaîne à nouveau les matches. De quoi lui donner envie de revoir ses envies. "La roue a tourné, il faut revoir un peu les calculs. La situation est meilleure pour le moment. Je ne me pose plus les mêmes questions qu’il y a quelques semaines où je m’entraînais toute la semaine sans qu’il n’y ait quelque chose à la clé. À ce moment-là, tu doutes parfois et tu te poses des questions. Désormais, la situation a changé et c’est bien plus agréable."