Le Standard lancera sa saison en Islande ce jeudi à l’occasion du match aller du 2e tour préliminaire de l’Europa League. À la veille du match contre Reykjavik, Jean-François de Sart a accepté de préfacer la saison pour la DH. Et aussi d’évoquer sa situation, de faire le bilan du mercato, d’évoquer l’Académie, etc. Entretien.

"La préparation a été courte, d’autant que les joueurs sont revenus à des moments différents. On n’a eu que trois matches, c’est peu, mais on n’a pas eu le choix vu le calendrier", commente Jean-François de Sart. "Il a fallu trouver le juste milieu entre préparer le groupe pour qu’il tienne le coup physiquement toute la saison et avoir une équipe compétitive pour le premier match à enjeu."

Le Standard est-il prêt ?

"On l’a vu lors du dernier match contre Vitesse, on est en place défensivement, mais il faut encore progresser offensivement. C’est normal : la préparation est exigeante et on n’a pas la fraîcheur, l’explosivité, la qualité technique. Mais cela va venir et on gagnera en efficacité en possession de balle."  

Reykjavik ne devrait pas poser problème.  

"Sur le potentiel joueurs, non. Mais on verra la réalité du terrain. Reykjavik est une bonne équipe, avec de bons joueurs. La formation islandaise a l’avantage d’être en plein championnat alors que nous n’avons pas terminé notre préparation. Si nous jouons à leur rythme, on risque d’avoir des difficultés. Donc il faudra accélérer le jeu. À ce stade-ci, notre objectif est de nous qualifier pour les poules. Puis nous essayerons d’aller le plus loin possible."  

Et en championnat, l’objectif est le Top 3 .  

"Vu que le noyau est plus compétitif que la saison passée, nous devons être plus ambitieux. Le fait que l’on soit à la traîne dans la phase classique n’est pas un problème en soi vu la spécificité de la formule belge - avec les playoffs -, mais nous avons évidemment envie de prendre plus de points. La priorité reste de décrocher un ticket européen mais, comme l’a dit le président, cela peut passer par la 3e, la 2e, la 1re place… Mais on sait que la différence se joue à peu de choses."  

Le Standard a réussi à conserver ses joueurs clés, là où ses concurrents en ont perdu.  

"C’est vrai, mais il reste six semaines de mercato donc il est trop tôt pour tirer des conclusions."  

Quel bilan tirez-vous du mercato du Standard jusqu’ici ?

"La grosse satisfaction est d’avoir gardé les joueurs déterminants. On y a ajouté des joueurs polyvalents comme De Camargo et Ozturk par exemple. Le noyau actuel, plus fort qu’il y a un an, tient la route. On a quasiment deux premiers choix à chaque poste. Après, on verra avec les premiers matches si des ajustements sont nécessaires."  

Risque-t-il d’y avoir un départ surprise ?  

"Non. Les seuls départs envisagés à l’heure actuelle sont ceux de Tucudean et d’Ajdarevic, sous la forme d’un prêt sauf bonne offre. Koç peut aussi partir en prêt, dans la mesure où il n’est pas dans les deux premiers choix à son poste."