Deux succès probants en Pro League et un nul au goût de trop peu en Europa League, les débuts en Rouches d’Aleksandar Jankovic étaient presque parfaits.

L’élimination surprise en Coupe de Belgique des œuvres d’une équipe de D3 est malheureusement venue ternir le tableau. Mais cette piètre prestation à Geel ne va rien changer dans la manière de travailler du technicien serbe.

"C’est trop tôt pour faire des analyses d’autant que les matches s’enchaînent. On fera un bilan après Anderlecht", commente Aleksandar Jankovic.

Depuis son intronisation, la mentalité de guerrier, chère aux fans rouches, avait fait son retour à Sclessin. Mais en Coupe, les hommes d’Aleksandar Jankovic sont retombés dans leurs travers. Un problème de mentalité qui est récurrent à Sclessin depuis plusieurs saisons.

"Comme vous le dites. Mais analyser cela en profondeur, je ne peux le faire maintenant sous peine de passer pour celui qui critique ce qui a été fait auparavant. À mes yeux, la mentalité est le critère qui prime sur tous les autres. Dimanche, elle devra être bonne."

Autrement dit, sous la direction d’Aleksandar Jankovic, le talent ne suffit pas. "Un joueur peut avoir toutes les qualités du monde, s’il n’a pas la bonne mentalité, il peut ne pas rentrer dans mon onze de base. La mentalité, elle ne peut pas changer du vendredi au samedi. On joue comme on s’entraîne. Les détails du quotidien sont importants."

Le coach aura donc été surpris que ses joueurs n’affichent pas la même rage de vaincre à Geel que lors des trois rencontres précédentes.

"Surpris ou pas, on perd un match qu’on ne doit jamais perdre après trois matches de bonne facture. Moi, je suis en première ligne car j’ai donné la chance à certains joueurs et fait reposer d’autres tout en gardant une équipe très compétitive."

En tenant ce genre de propos, on pense déceler des regrets dans le chef du coach quant à ses choix.

"Des regrets, non. Certains méritent leur chance mais c’est à eux de la saisir. Si je ne fais pas tourner avec sept matches en 21 jours contre une D3, je ne vois pas quand je pourrai le faire. Les joueurs sont repartis de zéro et ont tous le même statut. Je cherche toujours les meilleures solutions, les plus performantes pour l’équipe. Je ne fais pas de différence entre les matches. L’équipe qui était alignée était performante et expérimentée. Je ne vais jamais pointer un joueur du doigt mais il est vrai qu’on a concédé plus d’occasions que sur les trois derniers matches. Le fait que Gillet était le meilleur sur le terrain en dit pas mal."