Aleksandar Jankovic se méfie tout particulièrement de ce déplacement à Lokeren.

Une victoire et un nul : Aleksandar Jankovic pouvait difficilement espérer de meilleurs débuts sur le petit banc liégeois, d’autant qu’il a déjà dû gérer deux matches au sommet. Le déplacement à Lokeren, sur le coup de dix-huit heures, représente donc le piège parfait pour une formation qui semble retrouver un petit peu de confiance mais qui pourrait être émoussée physiquement. "Nous allons conserver la même ligne de conduite, tout en ajoutant peut-être un petit peu d’énergie. J’avais déjà opéré trois changements entre les rencontres face à Genk et le Celta Vigo. L’important, tout de même, est de garder une ossature dans le onze de base", dit le coach.

Un déplacement à Lokeren est loin d’être une partie de plaisir, d’autant que Georges Leekens aime se payer le scalp des grands noms du football belge. En janvier dernier, les Liégeois s’étaient tranquillement imposés à Daknam mais rien ne laisse penser que ce sera aussi simple cette fois-ci. "C’est une équipe avec beaucoup d’expérience. Nous devrons imposer notre style de jeu et, surtout, notre intensité", dit Aleksandar Jankovic qui a déjà travaillé deux fois à Lokeren, comme adjoint et comme coach principal. "Le club a évolué depuis mon passage, notamment grâce à Peter Maes qui a enchaîné les bons résultats durant plusieurs saisons. À mon époque, j’ai traversé une période de turbulences avec, par exemple, un changement de directeur sportif. Mais c’est un club que je respecte énormément."