Aleksandar Jankovic a pris du plaisir au KaVé mais dimanche il sera "son plus grand adversaire".

Le dimanche 20 novembre, c’est avec émotion qu’Aleksandar Jankovic retrouvait le stade de Malines où ses hommes s’inclinaient finalement 2-1. Ce dimanche, le coach serbe recevra son ancien club qui le précède de sept points au classement. Malines dans le top 6, une réalité qui ne surprend pas Jankovic.

"Pas du tout", lance-t-il. "Il s’agit d’un projet qui a été construit dans l’ombre, loin de l’agitation des médias avec comme objectif : le top 6. Beaucoup de choses ont changé au club ces dernières années que ce soit la politique des jeunes en passant par le stade et la structure en général. Si Malines ne joue pas les PO1 cette saison, ce ne sera que partie remise."

Un projet malinois auquel le coach serbe a largement contribué. "Ça, je ne le dirais pas. C’est trop facile de l’affirmer. Je suis juste content d’y avoir participé et content de voir le club là où il se situe."

Mais dimanche, il ne sera pas question de cadeau dans le chef de Jankovic qui veut terminer la phase classique sur une bonne note. "Je serai toujours le premier supporter de Malines mais dimanche, je serai surtout son plus grand adversaire", prévient le Serbe. "De notre côté, nous voulons l’emporter sans penser à la situation actuelle. Le groupe est bien, et on veut aller de l’avant."

À Malines, contrairement au Standard, la stabilité a pris le dessus. De quoi donner aux Liégeois l’envie de s’inspirer du modèle malinois. "Le Standard doit s’inspirer de lui-même. C’est un club de tradition qui a un potentiel énorme. Il faut avancer sans trop parler."

Sur le plan sportif, Jankovic sait que les chances sont grandes que les portes du Top 6 se referment définitivement au nez et à la barbe des Liégeois ce week-end. "C’est pourquoi je dis que nous ne devons pas penser à autre chose que la victoire. Il y a encore l’affaire du match à Charleroi qui n’est pas entérinée. Ces trois points sont très importants mais nous n’avons pas d’emprise là-dessus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est lancer un signal fort depuis le terrain. L’état d’esprit au sein du groupe est bon. On veut afficher la même mentalité que lors de nos deux derniers matches."