Un but en demi-finale de Coupe, deux ce vendredi soir. Selim Amallah a trouvé au Kerhweg un environnement qui semble lui plaire. "Je me demande si je ne viendrai pas jouer ici la saison prochaine", souriait l’international marocain après la rencontre. Une rencontre qui a été paradoxale pour lui. S’il a marqué à deux reprises, il a aussi eu pas mal de déchet, principalement avant la pause. "Je ne vais retenir que mon doublé. Pour le reste, c’est vrai que j’ai perdu beaucoup de ballons. Je n’étais pas content de moi aujourd’hui. Mais j’ai aidé l’équipe, c’est l’essentiel."

Et il retrouve par la même occasion le titre de meilleur buteur du club en Pro League avec huit réalisations. Contre sept pour Michel-Ange Baliwksha. "Mais il n’y a pas du tout de challenge entre nous", se marre-t-il. "Mickey est comme mon petit frère et je suis très content quand il marque. Mais si notre petite rivalité peut aider l’équipe à marquer encore plus, pourquoi pas."

Une équipe qui a mal débuté son match mais qui l’a très bien terminé. "Le premier quart d’heure n’était pas bon. Nous n’étions pas dedans. Puis on a su être efficaces et on a vraiment pris du plaisir en deuxième période. Quand on concrétise les occasions, cela donne confiance et cela fait toute la différence. On ne cogite plus comme cela a pu être le cas par le passé. Je pense que notre niveau augmente match après match."

Ce qui est de bon augure avant d’éventuels PO2. "Pour moi, on sera dans les PO2. On doit jouer au Beerschot à 100 %. Tout le monde est focus et on veut vraiment y aller."