Kanu, le robuste défenseur central brésilien, dévoile ses ambitions


LIEGE Si le Standard a gardé 15 fois le zéro cette saison, le mérite lui en revient certainement en partie. Actuellement, Kanu est au top de sa forme. Le Brésilien nous livre ses ambitions pour ces PO1.


Kanu, expliquez-nous d’abord cette coupe de cheveux !

“C’est ma coupe spéciale playoffs 1. J’ai fait ça pour montrer mon attachement au club. À la base, je voulais faire des tresses rouges et blanches mais le blanc n’était pas disponible (rires).”


Êtes-vous satisfait du début de PO1 ?

“C’est satisfaisant. Nous aurions pu compter six points sur six mais 4 sur 6, c’est déjà très bien vu nos adversaires.”


Après deux journées, tout reste encore jouable.

“Il y a encore beaucoup de points à prendre. Cette compétition est très serrée et tout le monde peut encore tirer son épingle du jeu. Si je ne me trompe pas, personne n’a encore remporté un match à domicile.”


Vous croyez encore au titre ?

“Bien évidemment. Si vous me demandez à quelle place le Standard doit terminer, je vais vous répondre la première. Il faut être ambitieux. On fera les comptes à la fin. Il reste encore huit matches, huit finales comme le coach aime à nous le rappeler.”


La culture de la gagne est-elle de retour ?

“Le coach l’a ramenée dans le groupe. Dès son arrivée, il a fait comprendre à tout le monde que sans cet esprit de conquérant, on n’irait nulle part.”


Kanu est-il l’un des patrons du vestiaire ?

“Par rapport à mon expérience et mon ancienneté, je suis un joueur respecté dans le vestiaire et ce, même si je ne parle pas encore le français couramment.”


Sur le terrain, on vous voit souvent secouer vos coéquipiers.

“Je parle beaucoup, notamment aux jeunes. Mais, c’est toujours positif. Je ne vais jamais enfoncer un coéquipier après un mauvais geste.”


Parfois vos gestes sont pourtant équivoques...

“C’est vrai que je peux exagérer, mais c’est surtout à cause de ma rage de vaincre, mon envie de gagner.”


Cette saison, vous n’avez pris que trois avertissements.
>
“Comme quoi, je ne suis peut-être pas aussi agressif que certains le prétendent.”


Vous avez modifié votre jeu ?

“Pas du tout. Mon jeu n’a jamais changé. C’est le regard des autres qui a évolué. La saison dernière, on m’a taxé de tueur car j’avais pris une carte rouge. Or, je n’ai rien d’un bandit.”


Votre compteur but est bloqué à 0, que se passe-t-il ?

“Ne m’en parlez pas ! J’ai souvent des occasions mais ça passe juste à côté.”


Ce sera pour ce soir à Zulte ?

“Peut-être ! J’ai gardé mes buts pour les PO1 !”


Zulte, une équipe à craindre ?

“S’ils sont deuxièmes, ce n’est pas pour rien. J’ai vu leur match à Genk, ils savent profiter de leurs moments forts. Ce sera très difficile pour nous, mais on veut ramener les trois points à Liège.”

© La Dernière Heure 2013