Le Japonais répond aux critiques, sur le terrain et à l’interview…

LIEGE Avec 18 buts encaissés en 10 matches de championnat, le Standard a la cinquième plus mauvaise défense de l’élite. Cela faisait des années que l’arrière-garde rouche n’avait pas été aussi perméable…

Si les erreurs individuelles des joueurs de champ ont été fréquentes, Eiji Kawashima n’a pas été épargné par les critiques après la série de quatre défaites. “Il ne fait pas de grosse erreur mais il ne fait pas non plus d’arrêt décisif” ou “au Standard, un gardien doit pouvoir gagner des points. Kawashima ne le fait pas.”

Le gardien de 29 ans a répondu sur le terrain lors du match contre Anderlecht en réalisant plusieurs arrêts décisifs, notamment à 0-1. Parti confiant en sélection, le Japonais a largement contribué au succès contre la France (0-1) et il n’a rien pu faire contre le Brésil (4-0). Mais il ne compte pas se reposer sur ses lauriers.

“Ces deux matches, c’était une grande expérience pour notre équipe, c’était un moyen de nous jauger avant la Coupe du Monde 2014. Je suis content d’avoir fait de bons matches, les félicitations me touchent. Mais c’est déjà du passé. Je dois toujours être bon. Que j’ai un ou cinq arrêts à faire. Je veux donc confirmer à Mons.”

Eiji Kawashima admet qu’il aurait pu être meilleur en début de saison.

“Oui. Comme toute l’équipe. J’essaie toujours de faire de mon mieux, parfois cela fonctionne, parfois pas. Un gardien ne peut pas toujours être Superman. Je fais le maximum pour ne pas encaisser, quel que soit l’enjeu du match, mais je ne peux pas aller marquer. Ce que je peux faire, c’est encourager mes coéquipiers. C’est en équipe qu’il faut obtenir des résultats. On l’a montré contre Anderlecht : on était sous pression, on savait que nos supporters n’étaient pas contents, mais on a montré qui on est. Ça, c’est le Standard. D’accord, le niveau de jeu n’était pas terrible, mais c’est avec cette mentalité qu’on va remonter la pente. Le succès contre Anderlecht ne suffit pas. Il faut confirmer dimanche car on n’est pas à notre place actuellement.”



© La Dernière Heure 2012