Anthony Knockaert, qui a signé pour quatre ans, veut être champion.

L’arrivée d’Anthony Knockaert était prévue depuis longtemps, mais tant l’officialisation de son contrat de quatre ans que sa présentation à la presse (après Ivan Santini) ont tardé.

"Je voulais que cela reste secret par respect pour le club où j’étais encore sous contrat", explique l’ailier français de 23 ans. "Je n’oublie pas d’où je viens et j’ai vécu de belles années à Leicester. Je n’ai pas beaucoup joué la saison passée en Premier League , mais je ne considère pas cela comme un échec car je n’ai pas reçu ma chance…"

Pourquoi ?

"J’ai été moi-même surpris. Je restais sur deux belles années, avec notamment un rôle dans la montée en Premier League . J’avais fait une bonne préparation. Le coach me disait que j’étais capable de lui faire gagner un match. Mais je me suis blessé à la cheville avant le premier match, contre Everton. J’ai joué pour dépanner l’équipe, mais je n’ai pas fait une super-prestation et je me suis retrouvé à la cave… Je n’ai reçu que des bouts de match, sauf contre Aston Villa, où j’ai été élu homme du match. Mais après, le coach me renvoyait à la cave…"

Est-ce parce que vous ne vouliez pas prolonger ?

"Non car Leicester ne m’a fait une proposition qu’en novembre… alors que la plupart de mes coéquipiers avaient prolongé après le titre. J’ai vu qu’on faisait aussi allusion à une interview que j’avais donné à un site français… qui avait déformé mes propos."

Pourquoi avoir choisi le Standard ?

"J’avais des offres de clubs ambitieux en D2 anglaise et de clubs de Ligue 1. Mais Je veux aider l’équipe à décrocher ce titre attendu depuis longtemps. À mes yeux, le Standard est un club prestigieux."

Mais que connaissez-vous du club ?

"Même si, contrairement à ce qu’on raconte, je n’ai pas de liens directs avec la Belgique, je suis du nord de la France. J’ai joué à Lens, où je me suis fait jeter parce que j’étais soi-disant trop petit, puis à Mouscron, quand j’avais quinze-seize ans. Je connais le Standard depuis toujours. Si on m’avait dit que je signerais un jour ici, j’aurais directement dit oui. J’ai discuté avec Trebel qui m’a dit que c’était le club idéal pour progresser. J’ai aussi toujours eu une bonne relation avec les supporters. Je suis venu à Sclessin voir des matches de PO1 et je sens qu’on va s’entendre…"

Quelles sont vos qualités ?

"Je suis un créatif, qui tente beaucoup. J’aime les un contre un. Je risque de perdre des ballons mais avec ma niaque, je peux aussi renverser un match. Je déteste perdre, ma femme sait qu’elle ne doit pas me parler après une défaite… Je préfère jouer à droite, pour rentrer dans le jeu sur mon pied gauche, ou derrière l’attaquant. Je n’aime pas trop le côté gauche mais je jouerai là où le coach aura besoin de moi."