Après une semaine de préparation, le premier feuilleton de l’été, celui du départ de Michel-Ange Balikwisha, tient les supporters en haleine. Certains d’entre eux commencent d’ailleurs à s’agacer. Car pour le moment, il n’y a pas encore de décision finale dans ce dossier.

Courtisé par Bruges depuis le mois de janvier, Balikwisha a d’abord reçu une offre officielle du Club qui avait un accord de principe avec le Standard sur base d’un transfert avoisinant les 7M €, tous bonus compris. Mais le joueur n’était pas satisfait de ce que proposait le champion de Belgique sur le plan financier.

Sportivement, le Club de Bruges offre ni plus ni moins au Standardman la possibilité de disputer la Ligue des champions et d’évoluer au sein du club numéro un en Belgique.

Mais cette perspective a été remise en question par Balikwisha et son entourage à la suite d’une offre, supérieure, de l’Antwerp. Lundi après-midi, les dirigeants anversois ont transmis une offre au Standard, offre inférieure à celle effectuée par Bruges. C’est pourquoi le Standard a décidé de la décliner. Mais de son côté, Michel-Ange Balikwisha semble plus attiré par l’offre, plus généreuse, des dirigeants du Great Old. De leur côté, les dirigeants brugeois refuseraient de tomber dans la surenchère et d’ainsi augmenter leur offre salariale pour le Liégeois.

Toujours dans le sens des départs, Nicolas Gavory, qui a encore deux ans de contrat à Sclessin, peut compter sur l’intérêt du club grec de l’AEK Athènes. Le Français figure tout en haut de la liste des dirigeants du club mais il y a tout de même peu de chance que cela aboutisse car les finances de la formation grecque risquent d’être insuffisantes pour satisfaire à la demande du Standard. Les dirigeants liégeois aimeraient récupérer une grosse partie des 3M € investis pour le Français à l’été 2019. À l’heure actuelle, aucune offre n’a d’ailleurs été formulée.

Notons encore que Zinho Vanheusden, qui est de retour depuis lundi, disputera une partie de l’amical de ce mercredi contre l’Union Saint-Gilloise au contraire de Selim Amallah et Abdoul Fessal Tapsoba.