Jeudi à Anderlecht, les Liégeois ont montré qu'ils n'étaient pas cuits

LIÈGE Lors des dernières journées de championnat, plusieurs Standardmen donnaient l'impression d'être au bout du rouleau. Jeudi à Anderlecht, ils ont trouvé l'énergie suffisante pour jouer le coup à fond. On a revu le Standard format européen qui pressait haut, avec de grandes courses en perte de balle et beaucoup de mouvement en reconversion offensive.

Depuis jeudi, Laszlo Bölöni a axé la préparation du match sur la récupération.

"La fraîcheur, c'est dans la tête" , souligne le coach. "C'est elle qui dirige tout..."

Ce regain d'énergie s'explique aussi par le retour au 4-2-3-1.

"Je ne trouve pas qu'on manquait de fraîcheur ces dernières semaines. Mais on devait travailler davantage car on jouait avec un système plus offensif (4-4-2)" , explique Steven Defour. "Maintenant, on joue à nouveau avec trois milieux de terrain qui travaillent beaucoup en perte de balle et ce système nous permet de presser. Le retour d'Igor (NdlR: De Camargo) nous a fait du bien."

Jeudi, les Liégeois ont aussi joué libérés.

"La pression était beaucoup plus grande à La Gantoise" , justifie le capitaine du Standard.

Cette pression sera à nouveau énorme ce soir. Après le bon résultat du match aller, le Standard est donné favori. Rater le titre si près du but, à Sclessin qui plus est, constituerait une énorme déception.



© La Dernière Heure 2009