Cette soirée, il l’attendait depuis plus de 11 mois et cette première manche de la finale de D1B entre OHL et le Beerschot. Mardi soir, Laurent Henkinet a réalisé un vieux rêve : défendre les couleurs du Standard.

Arrivé en bord de Meuse en 2011, Laurent Henkinet ne pensait pas qu’il allait devoir attendre le 9 février 2021, sur un terrain congelé de Courtrai pour effectuer ses débuts pour son club de cœur. "On aurait aimé que cette qualification soit entérinée au bout des 90 minutes", lançait-il, sans exulter.

Pourtant, Henkinet avait des raisons d’être heureux et satisfait puisqu’il était le héros de la séance de tirs au but. "C’était très compliqué pour mon homologue et moi car on ne savait pas prendre les bons appuis dans nos prises d’élan. Sans ce terrain gelé, on aurait sans doute pu en détourner un ou deux de plus."

Doublure d’Arnaud Bodart, à 28 ans, Laurent Henkinet ne fait pas de vague en bord de Meuse. "Ce rôle de deuxième gardien, je l’ai accepté directement. Je devais être prêt au cas où Arnaud avait un problème et répondre présent d’entrée de jeu. Venir se qualifier, ici à Courtrai (NdlR : son ancien club), c’est bien mais le plus important, c’est l’équipe."

Aux yeux de son coach, Mbaye Leye, Laurent Henkinet a marqué des points. "Je sais qu’il était déçu de ne pas jouer à Seraing mais cette fois, c’était lui le héros. Je sais que je n’ai pas de souci à me faire quand Arnaud n’est pas là car j’ai deux excellents gardiens derrière lui."

Dimanche, Laurent Henkinet devrait d’ailleurs encore être entre les perches. "Je ne pourrais peut-être pas compter sur Arnaud mais encore une fois, je ne m’en fais pas. Laurent montre d’excellentes choses."