Si Anderlecht s’est intéressé au dossier sans se positionner pour un transfert, le Standard est bien plus concret. Les Liégeois ont même déjà formulé une première offre, il y a dix jours, sous forme de prêt avec option d’achat. Monaco, où Antonucci a encore deux années de contrat, a refusé mais les négociations se poursuivent.

L’idée première de Monaco était de le placer au Cercle, sa filiale belge, mais le joueur a refusé. Il aimerait commencer un nouveau projet. Le Standard n’est pas seul à lui proposer du concret. Aux Pays-Bas, le PSV, Twente et l’AZ essaient également de le convaincre.

Antonucci correspond parfaitement à la philosophie que le Standard souhaite mettre en place dans ce mercato : jeune, talentueux et belge. Formé à Charleroi puis à Anderlecht, le Louviérois était vu comme l’une des plus grandes promesses de notre football mais sa progression a été moins rapide qu’imaginé. Parce qu’il a mis du temps à arriver à maturation et parce qu’il s’est montré impatient en signant à l’Ajax (en juin 2015) puis à Monaco (en janvier 2017).

Mercredi, Antonucci ne jouera pas le match amical de Monaco face au… Standard. Il s’entraîne sur le Rocher avec un groupe de joueurs amenés à quitter le club dans les semaines à venir.