Sissako, sans jouer avec les pros, aurait convaincu la direction de payer 400 000 €.

Prêté avec option d’achat à 400 000 €, Moussa Sissako n’avait qu’une idée en tête en arrivant en bord de Meuse. "Il veut tout faire pour que le Standard lève l’option et prendre du temps de jeu. Le PSG, c’est le club de son cœur mais s’il faut passer par un autre chemin pour effectuer ses débuts professionnels, il le fera", assure Souleymane.

Convaincre sans jouer une seule minute sous les ordres de Michel Preud’homme, voilà une tâche compliquée mais que le défenseur central a tout de même réussie. Il semblerait qu’aux entraînements Sissako ait convaincu le staff sportif. Le Standard devrait donc lever l’option et conserver un joueur pour lequel il n’a pas payé de location mais dont il a pris le salaire en charge.

La direction liégeoise n’est pas pressée puisqu’elle a jusqu’à fin mai pour prendre sa décision. Il en va de même dans le dossier de Senna Miangue, qui, pour rappel, était prêté à l’été 2018 avec une option d’achat de 3 M €. Vu le faible temps de jeu du latéral gauche en bord de Meuse (dix apparitions pour 561 minutes de temps de jeu), on imagine mal le Standard mettre autant d’argent sur la table.

Régler les cas de Balikwisha, Agbo et Carlinhos

D’autres joueurs sont actuellement en prêt à l’étranger. C’est le cas de William Balikwisha, qui a été prêté, en janvier dernier, au MVV Maastricht. Il nous revient des Pays-Bas que, même si le prêt n’était pas assorti d’une option, le MVV Maastricht pourrait être tenté de conserver le médian offensif.

Parti du côté du Vitoria Setubal l’été dernier, le Brésilien Carlinhos ne devrait pas revenir à Sclessin, où il est encore sous contrat pour un an. Enfin, Uche Agbo a été prêté au Deportivo La Corogne l’hiver passé avec une option d’1 million €. Mais, avec seulement trois apparitions avec le club espagnol, on est en droit de douter de l’envie du Deportivo de lever l’option.