Les Liégeois, qui alignaient une équipe B, ont été surpris par une frappe lointaine et instantanée de l'ancien Genkois Jordy Croux. Milos Kosanovic a joué 90 minutes.

Dans cette rencontre à huis-clos face à Willem II, à l'Académie Louis-Dreyfus, le Standard s'alignait en 4-2-3-1, avec le duo Soares-Kosanovic en défense et la présence des jeunes Mboko et Deom dans le onze de base. Emond occupait, seul, la pointe de l'attaque. Legear portait le brassard de capitaine.

Enoh se faisait une petite frayeur dès la 3e minute de jeu, recevant un ballon à bout portant en plein visage. Sonné sur le coup, il pouvait toutefois continuer la rencontre, avant d'être remplacé par Cissé à la mi-temps.

Dans un match où les occasions se faisaient rares, les Néerlandais ouvraient le score à la 10e minute par Jordy Croux. L'ancien joueur de Genk, arrivé à Willem II en provenance de Maastricht cet été, récupérait un ballon haut et décochait une superbe frappe, en un temps, des 30 mètres, qui lobait Vits.

Les Standardmen, sous le regard de la direction liégeoise et des autres joueurs du noyau A, répondaient via une frappe lointaine de Enoh puis par une infiltration intéressante de Jonathan Legear. Mais pas deux fois, ils butaient sur Bertrams.

En fin de première période, Kosanovic, qui effectuait son retour avec l'équipe première, se faisait peur en tentant d'intercepter un ballon dans le rectangle adverse. Le défenseur restait au sol, visiblement touché à la cheville, mais il pouvait finalement reprendre sa place. Plus de peur que de mal. Après la pause, le Serbe, que l'on sentait parfois un peu en retenue, était l'auteur de plusieurs gestes défensifs, avant de commettre un tacle trop viril sur Ogbeche, qui ne lui valait toutefois pas de carton.

Dans le rectangle opposé, Soares puis Emond se créaient deux timides possibilités sur corner. Le Gaumais, qui n'a pas touché beaucoup de ballons, était remplacé par le jeune Ibrahima Bah.

D'autres jeunes de l'Académie faisaient leur apparition sur la pelouse mais le score ne bougeait plus, malgré un coup franc de Mbenza juste à côté en fin de match.