Et, à la fin, c’est le Standard qui marque. Le refrain est bien connu depuis le début de la saison : les Liégeois ne s’avouent jamais vaincus.

En 26 sorties, ils ont déjà marqué à 13 reprises dans le dernier quart d’heure d’une rencontre, ce qui fait d’eux les rois des fins de rencontre en Pro League, à égalité avec l’Antwerp etdevant le Club Bruges, l’Antwerp, Charleroi et le Cercle (11).

Au total, ce sont donc 35 % des réalisations liégeoises qui ont été marquées après la 75e minute. Une réalité qui ne doit plus rien au hasard. Elle est le savant mélange entre une condition physique au point, des changements qui apportent de la fraîcheur et un jusqu’au-boutisme collectif. Mais, pour aboutir à un certain équilibre, les Rouches doivent aussi apprendre à trouver le chemin des filets plus tôt. Seulement quatre de leurs réalisations ont été marquées dans le premier quart d’heure (contre 9 pour l’Antwerp et Genk, recordmaen en la matière).

Le loupé de Joao Klauss en tout début de rencontre, ce samedi, n’était, en ce sens, pas un fait isolé. Et c’est un défaut qu’il va falloir corriger.