Six matches de PO2. Cinq défaites. Mbaye Leye et le Standard vont partir en vacances avec un goût amer.

"On voulait vraiment finir sur une bonne note malgré les absences et la présence de nombreux jeunes. Ce n’est pas le cas mais j’ai vu des joueurs concernés, avec la bonne mentalité, expliquait le coach des Rouches après la rencontre. "Nous avons joué contre une équipe qui jouait avec son troisième attaquant en l’absence de Gueye et Sakala. Mais il sait garder le ballon et créer du danger. Ce qu’on n’a pas su assez faire. On a perdu le ballon dans la construction. C’est un des enseignements d’une saison compliquée. Mais on est tournés vers la reconstruction."

Avec un noyau qui va changer. Comme les choix de Leye, qui n’a repris ni Mehdi Carcela, ni Maxime Lestienne, ni Selim Amallah (qui n’était pas blessé mais 19e homme) ce samedi, l’ont montré. "Cela peut être une déduction. J’ai été clair sur les choix que je veux faire. On a vu la réaction de certains après la finale perdue, des joueurs qui ne se donnaient plus, d’autres ont révélé leurs faiblesses. Ce noyau n’est pas capable de résister, c’est une des enseignements. À un moment, il faut casser pour reconstruire. On n’a pas le choix. Sinon, le même schéma va se répéter. Certains seront motivés jusqu’à la fin du mercato. Mais il y a aussi des contrats qu’il faut respecter."

Et des jeunes à encadrer, par des "leaders positifs". Ce que Leye a souvent répété ces dernières semaines. Ce samedi, il a particulièrement apprécié la prestation de Nathan Ngoy. "C’était intéressant de le voir sur ce dernier match, face à une équipe en mouvement. Son match a été très satisfaisant. Il est dans la lignée des joueurs qui ont besoin d’être accompagnés pour garder la bonne attitude."

Déjà tourné vers l’avenir, le T1 liégeois aura tout de même tiré de précieux enseignements de ces cinq mois. "Quand on a commencé par un 12 sur 12, on disait que je ne souriais pas mais je savais comment ça allait se passer. Je connais le Standard, il faut avoir de l’ambition et de la grinta. Et faire des choix forts."