Sous l'initiative de Jean-François Lenvain, coach performance de l'Académie du Standard et de Loïc Vliegen, ce dernier a répondu aux questions des joueurs évoluant chez les U15-U16 et U18.

L'occasion pour lui tout d'abord d'évoquer quelques anecdotes amusantes sur les différents aspects de son métier comme les endroits où il loge en course.

"Sur une course d'une semaine, on fait 200 kilomètres par jour donc on voyage dans le pays. C'est des hôtels réservés par les organisateurs de la course. On ne peut pas choisir et ce n'est pas toujours très luxueux mais on fait avec. Le principal ne se situe pas dans le confort mais sur la nourriture. En France, quand dans un Campanile, ils cuisent les pâtes pendant 35 minutes, ce n'est pas agréable", sourit-il.

Le coureur qui a participé aux derniers Mondiaux à Imola a également délivré quelques conseils pour les pensionnaires du centre de formation.

"Quand on est professionnel, la nutrition est importante car elle permet de vraiment faire la différence. Vous devez manger en fonction des entraînements programmés les jours d'après. Il ne faut pas opter pour les féculents si la séance du lendemain est tranquille. Les nutriments ne sont alors pas nécessaires contrairement avant un gros entraînement."

"Il ne faut pas partager n'importe quoi sur les réseaux sociaux"

L'occasion aussi pour le pensionnaire de la Circus Wanty-Gobert de mettre en garde les jeunes éléments de la SL16 sur les bons choix à effectuer dans une carrière et les sacrifices qu'il faut réaliser.

"A un moment, c'est notre métier, c'est sûr qu'on regarde à l'argent. Mais si tu penses à ça avant de gagner des matchs ou marquer, tu es fini. Le projet sportif, c'est le critère principal et l'argent viendra automatiquement si ça marche. Vous êtes à un âge où vous avez envie de vous amuser avec vos potes mais c'est déconseillé. Je n'ai pas pris ça comme un sacrifice de décliner les invitations aux soirées. L'alimentation c'était plus dur. Heureusement, je ne prenais pas facilement de poids donc je ne devais pas trop me priver. "

Loïc Vliegen n'a pas manqué de souligner les dangers des réseaux sociaux. Un aspect incontournable à notre époque pour un sportif qui peut pourtant s'avérer dangereux.

"Les réseaux sociaux doivent être gérés intelligemment car c'est une arme à double tranchant. Il ne faut pas partager n'importe quoi. Une sortie avec un alcool à la main, ce n'est pas des choses à montrer."

Le Hervien a terminé cette belle rencontre en revenant sur l'importance du mental dans la carrière d'un sportif.

"En Cyclisme, on est assez souvent dans l'ombre. La télé n'arrive principalement que dans les deux dernières heures d'une course alors qu'elle en compte cinq. On parle souvent du leader. Ce n'est pas toujours évident mais il faut passer par là avant d'éclore. Et puis, le leadership est une pression supplémentaire que tout le monde ne peut pas assumer. C'est un travail sur soi-même qu'il faut faire car c'est il y a d'autres paramètres à gérer. Certains en ont intrinsèquement les capacités physiques mais le mental ne suit pas. Etre leader, c'est oppressant"